Visite au nouveau secrétaire général du M.A.E (16/2/2007)

« J’ai rendu visite ce matin à l’Ambassadeur Dimechkieh, nouveau secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères pour lui présenter mes félicitations, mes vœux de succès dans ses nouvelles fonctions, lui rappeler combien les relations entre la France et le Liban sont denses, excellentes. Combien nous comptions sur l’aide de son ministère qui nous est toujours acquise pour bien effectuer notre mission au Liban. Nous avons saisi cette occasion pour faire un tour d’horizon de la situation régionale mais aussi naturellement de la situation ici au Liban et nous avons évoqué la nécessité d’appliquer la résolution 1701 dans toutes ses dimensions . Nous avons parlé de la situation de la FINUL et de la manière dont nous tavaillons dans le cadre de la stabilité du Liban.

Nous avons enfin traité de diverses questions bilatérales pour lesquelles le travail s’effectue dans les meilleures conditions possibles entre l’Ambassade de France et le ministère des Affaires Etrangères libanais.

Q : Vous avez dit dans votre déclaration que la France soutient toujours le Liban et cela est historique, mais il y a beaucoup d’hommes politiques libanais qui critiquent la France comme elle s’ingère dans les affaires libanaises et parmi eux le ministre des Affaires Etrangères. Comment expliquez-vous cela ?

R : Je n’ai pas lu de déclaration du Ministre des Affaires Etrangères critiquant la France en particulier. Je crois qu’il faut avoir à l’esprit que la France a une politique d’accompagnent, de soutien, d’amitié pour le Liban. Le Président de la République française, qui est l’autorité la plus importante dans le pays, s’est exprimé à nombreuses reprises pour dire combien effectivement loin de vouloir faire de l’ingérence, nous voulions avoir une politique visant à aider à le Liban. Cela a été le sens de la conférence de Paris, au cours de laquelle nous avons assemblé le monde entier autour du gouvernement libanais et autour de tout le peuple libanais pour qu’il puisse bénéficier de l’effet de cet appui international. J’entends ici et là un certain nombre de critiques, je les respecte. Nous sommes dans un pays de démocratie, nous sommes nous-mêmes un pays de démocratie, et donc nous comprenons que tel ou tel puisse avoir un jugement différent. Ce que j’essaie d’expliquer c’est que la politique française va dans le sens de l’intérêt de tous les Libanais. Aujourd’hui, vous êtes à la recherche de solutions pour votre pays . Nous accompagnons ces dialogues qui reprennent et nous encourageons les initiatives régionales.

Q : On parle d’un projet de résolution (franco-américain) qui se prépare à l’ONU concernant le tribunal international sous le chapitre 7 ?

R : Je ne suis pas informé d’un tel préparatif.

Q : En anglais (inaudible)

R : Moi je pense qu’il faut avoir beaucoup d’espoir. Je crois que l’opposition et la majorité dans ce pays s’expriment, dans la rue et sur des tribunes. Je pense qu’il y a une volonté des autorités libanaises, il y a une volonté des parties libanaises de se parler. Nous voyons bien que des choses se passent, peut-être sans doute souvent sans les caméras, c’est peut-être aussi bien. Et il me semble qu’ il y a une volonté de reprise du dialogue. Il y a des initiatives régionales importantes du secrétariat général de la Ligue Arabe, de l’Arabie Saoudite, d’autres partenaires amis du Liban qui travaillent pour accompagner les Libanais à la recherche de solutions aux difficultés d’aujourd’hui. Je crois qu’il ne faut pas avoir un état d’esprit qui consiste à dire qu’une spirale s’est engagée d’une manière inéluctable. Je crois que tout le monde doit travailler fermement pour trouver des réponses aux difficultés d’aujourd’hui.

Q : Est-ce que vous avez peur de la situation au Sud ?

R : Je crois que la résolution 1701 doit faire l’objet d’application. Pour l’instant la coopération entre la FINUL renforcée et l’armée libanaise s’effectue de la meilleure manière possible et c’est cette mission que nous allons continuer désormais sous le commandement italien de la FINUL.

Dernière modification : 17/02/2007

Haut de page