Visite au Président de la Chambre des Députés(19/1/2007)

J’ai rendu visite ce matin au président de l’Assemblée M. Nabih Berry afin de faire le point avec lui de la préparation de la conférence de Paris 3. Nous avons évoqué assez longuement le travail préparatoire qui a été effectué. Je lui ai rendu compte de la réunion technique qui s’est tenue à Paris la semaine dernière et je lui ai dit combien la communauté internationale avait dans son ensemble bien accueilli le programme économique du gouvernement, jugé à la fois ambitieux et réaliste. La participation escomptée à cette conférence est très importante. Je lui ai dit combien le Président de la République s’engageait personnellement auprès des différents participants à cette réunion à la fois pour que le niveau de participation soit élevé mais aussi que les contributions financières annoncées soient significatives. J’ai beaucoup insisté sur le fait que cette conférence devait profiter à l’ensemble de Libanais. C’est une conférence qui s’inscrit dans la durée. Elle lance un processus et ouvre la perspective de négociations d’un accord entre le gouvernement libanais et le FMI. D’autre part, la décision prise récemment d’adopter le programme indicatif national Liban négocié avec l’UE est très importante. Le président Nabih Berry m’a confirmé son plein soutien à la conférence de Paris 3. Il m’a demandé de transmettre au Président de la République française ses remerciements personnels pour son engagement dans la préparation de cette conférence. Il m’a autorisé à dire qu’il organisait aujourd’hui une réunion avec l’ensemble de son groupe parlementaire pour affirmer très clairement le soutien à la conférence de Paris sur la reconstruction du Liban. Voilà les sujets dont nous avons parlé aujourd’hui dans le cadre d’une rencontre destinée à préparer cette échéance qui est capitale dans l’intérêt de tous les Libanais ».

Q : M. l’Ambassadeur est-ce que vous avez discuté de ce que les journaux avaient écrit il y a quelques jours, à savoir le rôle que vous auriez joué concernant l’initiative du président de l’Assemblée ?

R : Non, nous n’avons pas du tout évoqué cette question.

Dernière modification : 01/02/2007

Haut de page