Visite au Président de la Chambre des Députés(18/12/2006)

« J’ai rendu visite aujourd’hui au Président Nabih Berry pour faire un large tour d’horizon.

Nous avons naturellement évoqué la situation au Liban et je lui ai présenté les conclusions du Conseil européen qui vient de s’achever.

Comme vous le savez, le Conseil a adopté une déclaration sur le Liban, dans laquelle il insiste sur sa détermination à renforcer la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale du Liban. La solution permettant de sortir de l’impasse passe uniquement par le dialogue et le respect des institutions démocratiques du pays. Le Conseil européen réaffirme ainsi qu’il soutient pleinement les efforts déployés par le Premier Ministre et le gouvernement légitime et démocratiquement élu afin de maintenir le dialogue avec tous les acteurs politiques au Liban et de relever les importants défis auxquels le pays est confronté, en particulier pour mettre pleinement en œuvre la résolution 1701du conseil de sécurité des Nations Unies et pour conduire la nécessaire reconstruction du pays.

Le Conseil a lancé aussi un appel à Israël pour cesser les violations de l’espace aérien libanais. Le Conseil a réitéré la volonté de l’Union européenne de contribuer au plein succès de la conférence internationale de soutien au Liban qui doit se tenir le 25 janvier 2007 à Paris et il a reconnu la nécessité d’apporter de toute urgence un soutien financier afin de jeter des bases saines pour le développement économique et social futur du Liban.

Le Conseil européen s’est enfin félicité du rapport établi récemment par le Secrétaire Général des Nations Unies sur l’intention d’examiner les possibilités d’un rôle accru des Nations Unies sur la question des fermes de Chebaa, y compris la proposition du gouvernement libanais de placer cette zone sous la juridiction des Nations Unies jusqu’à ce que soit réglée la question du tracé permanent des frontières et de la souveraineté sur ces fermes.

Le Conseil européen a enfin invité tous les acteurs libanais et régionaux à faire preuve de sens des responsabilités et à respecter pleinement les institutions démocratiques libanaises.

J’ai présenté également au Président Nabih Berry la déclaration récente du Président du Conseil de Sécurité, adoptée à l’unanimité de ses 15 membres le 12 décembre, en réaction au rapport du Secrétaire Général des Nations Unies sur l’application de la résolution 1701. Cette déclaration félicite le gouvernement libanais d’avoir étendu son autorité sur l’ensemble de son territoire et notamment dans le sud, elle l’encourage à poursuivre dans cette voie, elle réaffirme son plein soutien à la FINUL. Le Conseil de Sécurité là aussi a exprimé sa profonde préoccupation face aux violations persistantes par Israël de l’espace aérien libanais. Le Conseil a réaffirmé l’importance d’obtenir de toute urgence la libération sans condition des soldats israéliens enlevés mais il a aussi encouragé à nouveau toutes les initiatives visant à régler d’urgence la question des prisonniers libanais détenus en Israël.

Le Conseil a encouragé la communauté internationale à prêter d’urgence au gouvernement du Liban son concours financier à titre d’appui à l’entreprise, de relèvement et de reconstruction nationale. Là aussi Mesdames et Messieurs, le Conseil de sécurité compte sur le succès de la conférence internationale de soutien au Liban qui se tiendra à Paris fin janvier 2007. Le Conseil a exprimé à nouveau son appui sans réserve au gouvernement légitime et démocratiquement élu du Liban en demandant que les institutions démocratiques du pays soient respectées conformément à la Constitution. Et le Conseil de sécurité a condamné toute action visant à déstabiliser votre pays.

La France, membre fondateur de l’Union européenne et membre permanent du Conseil de Sécurité, s’associe naturellement pleinement à ces deux déclarations d’importance. Le Président de la République Française, lors du Conseil européen du 15 décembre, a réaffirmé notre plein soutien au gouvernement légitime et issu d’élections libres du Liban et a appelé les Libanais à s’unir alors que se déroule la médiation de la Ligue Arabe pour résoudre la crise politique à laquelle nous apportons notre appui. Le Président a souligné que la solution passe par les trois impératifs suivants, l’équité, avec la mise en place du tribunal à caractère international, l’efficacité du gouvernement et l’unité de tous les Libanais. Nous estimons que tant la mise en œuvre de la résolution 1701 que la conférence internationale de reconstruction sont tributaires de cette solution politique. Nous en appelons donc à un engagement de tous pour faire réussir ces échéances.

J’ai redit au Président Nabih Berry l’importance de son rôle dans ce cadre, et notamment pour conduire les travaux préparatoires à la conférence de reconstruction qui doit se tenir à Paris fin janvier. Le Président Nabih Berry, et il m’a autorisé à le dire, m’a confirmé son plein appui à la conférence de Paris sur la reconstruction et à la préparation de cette conférence. Et j’ai insisté pour la nécessité que tous les Libanais unissent leurs efforts pour faire que cette conférence qui marque la solidarité de la communauté internationale à l’égard de votre pays au lendemain de la guerre de cet été soit un plein succès ».

Dernière modification : 17/07/2014

Haut de page