Visite au Patriarche Maronite (21/12/2006)

« J’ai rendu visite aujourd’hui à Sa Béatitude le Cardinal Nasrallah Sfeir, d’abord pour lui présenter mes vœux les plus chaleureux, les plus fidèles, les plus respectueux et les plus admiratifs à l’occasion de la fête de Noël, et pour lui redire combien la France était impressionnée par la hauteur de vues, la sagesse et la capacité de toujours discerner l’essentiel pour l’intérêt du Liban qui caractérisait les messages, l’action et la parole du Cardinal Sfeir.

J’ai naturellement présenté au Patriarche les positions diplomatiques de la France dans la région et notamment notre plein appui aux efforts en cours pour essayer de trouver une solution aux difficultés politiques de l’heure.

J’ai redit au Patriarche combien tous les Européens, à l’occasion du Conseil européen du 15 décembre, avaient réaffirmé leur plein soutien au gouvernement légitime et issu d’élections libres du Liban et avaient appelé les Libanais à s’unir alors que se déroule la médiation de la Ligue Arabe à laquelle la France apporte tout son appui.

J’ai redit au Patriarche Sfeir, qui a évoqué auprès de moi l’importance des constantes de l’Eglise maronite, la manière dont le Président de la République Française s’était exprimé de nouveau sur le Liban lors du Conseil européen en soulignant que la solution à la crise politique en cours passait par les trois impératifs suivants : impératif de l’équité, avec la mise en place du tribunal à caractère international, impératif de l’efficacité du gouvernement qui doit continuer à travailler dans l’intérêt de tous les Libanais qui veulent vivre et construire la prospérité de leur pays, impératif de l’unité enfin de tous les Libanais qui doivent œuvrer ensemble à surmonter leurs différents et à réaffirmer leur engagement collectif à faire que cette nation modèle, cette nation message le reste.

Par cette intervention, par cet engagement de l’Union européenne, par cet engagement aussi du Conseil de Sécurité dans sa déclaration présidentielle du 12 décembre, la communauté internationale toute entière a réaffirmé son soutien au gouvernement démocratique et légitime qui dirige le Liban d’aujourd’hui, mais en a également appelé à la sagesse, à l’esprit de responsabilité de tous les dirigeants de ce pays attachés à son unité, à son bien-être, à sa pleine insertion dans son environnement arabe comme dans son environnement européen à travailler ensemble pour trouver les éléments d’un compromis qui permette de repartir sur le bon chemin.

Enfin, j’ai évoqué avec Sa Béatitude l’engagement de la France à poursuivre les travaux préparatoires à la conférence de reconstruction qui doit se tenir à Paris à la fin du mois de janvier pour faire en sorte que la communauté internationale, solidaire du Liban au sortir de cette guerre inutile et absurde, puisse marquer d’une manière concrète son engagement à l’égard de votre pays durement affecté au lendemain de ce conflit. »

Dernière modification : 22/01/2007

Haut de page