Visite au Ministre libanais des AE (8/04/2006)

Nous avons procédé avec le ministre des AE à un tour d’horizon.

J’ai d’abord réitéré notre soutien au dialogue national conduit au Liban dans un esprit constructif. J’ai redit au ministre combien il nous paraissait important que toutes les parties qui ont de l’influence jouent leur rôle afin que les conclusions opérationnelles de ce dialogue soient suivies d’effet. Nous avons ensuite évoqué les perspectives du rapport au Conseil de sécurité du secrétaire général des Nations Unies, préparé par M. Terjé Roed-Larsen concernant l’application des différentes clauses de la résolution 1559. Nous avons aussi évoqué, pour nous en féliciter mutuellement, la résolution 1664 allant vers l’établissement du tribunal à caractère international sur l’assassinat de l’ancien président du Conseil des ministres, M. Rafic Hariri.

Nous avons également évoqué les relations entre l’UE et le Liban. J’ai redit au ministre combien nous avons apprécié l’engagement des autorités libanaises pour aller de l’avant dans l’application de l’accord d’association entre l’UE et le Liban. Nous sommes satisfaits que le ministre participe personnellement le 11 avril prochain au premier conseil d’association entre l’UE et le Liban, qui marque que ce partenariat privilégié est prioritaire entre l’Europe et le Liban. Dans ce contexte nous avons aussi parlé des réformes, de la nécessité de poursuivre ce travail de réflexion collective pour qu’un plan de réforme politique, économique, financier et administratif puisse être adopté. Il s’agit naturellement d’un processus de consultation interne, qui permet d’associer le maximum de forces du pays. Mais il y a aussi une nécessité d’agir, de parvenir à un plan global afin que, assez rapidement, le gouvernement puisse poursuivre le dialogue avec la communauté internationale dans la perspective de la préparation de la conférence des amis du Liban que nous souhaitons voir se tenir au cours de cette année 2006.

Q : Est-ce qu’il y a une liaison entre l’application de la 1559 et la réunion de Beyrouth I ?
R : Non, la "réunion de Beyrouth I » ou "réunion de Beyrouth » tout court est une réunion qui a une dominante économique. Donc il n’y a pas de lien entre ces deux éléments.

Q : La réunion de Beyrouth I aura-t-elle lieu si la résolution 1559 n’est pas encore appliquée ?
R : D’abord nous pouvons considérer que certains éléments de la résolution 1559 ont déjà été appliqués. La réunion de Beyrouth aura lieu lorsqu’un programme de réforme économique aura été finalisé par le gouvernement et discuté avec la communauté internationale, ce qui à ce stade n’a pas été fait.
La conférence des amis du Liban ou conférence de Beyrouth, sera d’abord une réponse à ce que la partie libanaise définira comme étant ses besoins, ses priorités.

Q : Que pensez-vous du projet de réformes ?
R : Pour l’instant je n’ai que des éléments très généraux. Nous prenons acte avec beaucoup d’intérêt du travail qui a été fait par le gouvernement dans ce domaine. Mais nous savons que ce n’est que le début d’un processus. Et comme ce processus est discuté en Conseil des ministres et fait l’objet d’approfondissement, je ne prendrais pas de position sur ce plan.

Q : Inaudible (question sur le tribunal international)
R : Non nous n’avons pas du tout évoqué cela, nous avons évoqué l’adoption de la résolution 1664 qui est un texte très important. Le ministre m’a rappelé combien ces questions faisaient l’objet d’un consensus au Liban de la part de tous les Libanais. Tous veulent connaître la vérité sur l’assassinat de l’ancien président du Conseil des ministres et tous veulent que les coupables, quand ils seront découverts soient punis.

Dernière modification : 22/01/2007

Haut de page