Visite au Ministre des Télécommunications (18/01/2007)

 C’est une réunion régulière avec les dirigeants politiques de votre pays afin d’évoquer la préparation de la conférence de reconstruction qui doit se tenir à Paris en milieu de semaine prochaine. J’ai présenté à M. Hamadé les conclusions de la réunion préparatoire du 10 janvier dont il a été naturellement informé par ses collègues ministres pour lui dire combien celle-ci a porté un jugement positif sur le programme de réformes ambitieux et volontariste préparé par les autorités libanaises .

Je lui ai redit combien cette conférence avait comme objectif de profiter à tous les Libanais, à l’ensemble des Libanais, dans la durée, et combien la volonté de la communauté internationale était de se porter aux côtés du Liban dans toutes ses composantes afin de faire en sorte que ce pays puisse consacrer son inlassable énergie à la fois à la reconstruction économique, à la création d’emplois pour tous, à la meilleure gestion de cette aide possible et aussi à la prise en compte des difficultés sociales dans ce pays, et je pense naturellement à la lutte contre la pauvreté et à la création d’emplois pour le maximum de Libanais.

J’ai aussi souligné auprès du ministre l’importance de la question des privatisations dans le programme des réformes envisagé. Nous avons évoqué les perspectives de privatisation dans le secteur des télécommunications, qui est un secteur majeur non seulement pour le Liban, mais aussi pour son développement international.

Nous avons enfin fait un tour d’horizon de la situation politique et j’ai redit au ministre Hamadé l’importance que la France accordait à la recherche de solutions de compromis et à la recherche de solutions qui permettent de renouer les fils du dialogue et de trouver des éléments qui autorisent les Libanais à voir l’avenir avec confiance à la veille de cette conférence de Paris où votre pays sera représenté par le premier ministre Siniora qui dirige ce gouvernement dont vous savez que la France le considère comme pleinement démocratique et pleinement légitime, accompagné d’une importante délégation de ministres.

Voilà le centre de nos entretiens d’aujourd’hui et nous aurons à cœur dans les jours qui viennent dans le cadre d’un travail pédagogique, d’explication, de conviction, de faire comprendre à tout le monde notre détermination pour que cette conférence de Paris se passe dans de bonnes conditions avec une participation annoncée extrêmement significative au plan international, et qu’elle soit un évènement majeur dans l’intérêt du Liban et de tous ses citoyens ».

Q : M. l’Ambassadeur, croyez vous que la situation politique actuelle aura des conséquences négatives sur Paris-3 ?

R : Ecoutez, ce que je constate, c’est que les différentes déclarations que j’entends, les différents contacts que j’ai avec des personnalités de la majorité comme de l’opposition me laissent à penser que toutes les forces politiques libanaises comprennent l’intérêt de cette conférence et savent qu’elle est dans l’intérêt de leur pays. Je pense que tous les dirigeants de ce pays sont des patriotes, je pense que tous sont bien conscients des énormes enjeux financiers des difficultés économiques auxquelles le Liban doit faire face, je pense que tous ont à cœur de surmonter les énormes dégâts causés par cette guerre injuste et cruelle de l’été dernier et je pense que tous ont à cœur de ne pas rater cette occasion exceptionnelle qu’est la conférence de reconstruction de Paris.

Dernière modification : 01/02/2007

Haut de page