Visite au Général Michel Aoun (16/01/2007)

« J’ai rendu visite aujourd’hui au général Aoun pour effectuer avec lui un tour d’horizon de la situation, comme pour évoquer les perspectives de la conférence de reconstruction de Paris sur le Liban. Je lui ai fait le point de la préparation de cette conférence en soulignant l’importance du travail préparatoire entrepris. Je lui ai rappelé que la réunion préparatoire de Paris du 10 janvier avait permis aux ministres libanais présents comme au gouverneur de la Banque Centrale de présenter le programme de réformes qui a été adopté le 4 janvier par le Conseil des ministres du Liban. Ce programme a été très bien accueilli par l’ensemble des participants qui l’ont jugé ambitieux, solide et de bonne qualité.

Je lui ai indiqué que sur la base de ce programme les Etats, les institutions financières internationales comme le FMI, la Banque Mondiale, allaient examiner le soutien qu’ils pourront apporter au Liban et réfléchir à la manière de préciser les modalités de ce soutien.

Je lui ai redit également que cette conférence s’adresserait à tous les Libanais et que ses résultats profiteraient à l’ensemble des Libanais dans la durée. Je lui ai redit aussi l’importance du programme de réformes articulées en soulignant naturellement que la communauté internationale serait très attentive sur la façon dont les engagements de réformes se traduiront en actes.

J’ai enfin souligné combien la communauté internationale dans son ensemble se mobilisait autour de cette conférence pour apporter au Liban et à tout son peuple l’aide dont ils ont besoin dans la période actuelle pour repartir du bon pied sur le chemin de la croissance, d’une manière qui lui permette également de mieux gérer sa dette, de travailler résolument à la création d’emplois et à la création d’opportunités économiques pour tout le monde, mais aussi effectivement à la mise en œuvre d’une politique sociale très importante pour tout le pays.

Q : La plupart des Libanais, dont l’opposition doutent que ces réformes auront lieu avec ce même gouvernement .

R : Ce qui nous importe effectivement est de voir les engagements qui vont être pris par les autorités libanaises. Ces engagements conditionneront d’une certaine manière l’aide que la communauté internationale pourra dégager ensuite il s’agira de voir comment les aides pourront être déboursées dans la durée sur la base des réformes qui seront accomplies.

Dernière modification : 01/02/2007

Haut de page