Visite au Cheikh Akl Druze(8/02/2007)

« J’ai rencontré ce matin Son Excellence Naïm Hassan, le Cheikh Akl druze, dans le cadre des visites que je fais après Paris 3 afin de lui présenter les conclusions de cette conférence et de lui rappeler combien elle avait été organisée par le Président Chirac en accord avec les autorités libanaises et au profit de tous les Libanais. Et combien il nous paraissait important de travailler maintenant pour faire en sorte, que la dynamique positive créée à Paris 3 autour de tous les Libanais puisse se traduire en une dynamique positive au plan intérieur ici au Liban, et puisse encourager toutes les parties, toutes celles qui ont des responsabilités, à œuvrer pour retourner vers la recherche de solutions négociées, pour retourner vers le dialogue, pour retourner vers les institutions démocratiques de votre pays qui sont le lieu naturel où les différends doivent être tranchés.

J’ai présenté au cheikh Naïm Hassan, la manière dont la France agissait à cet effet, la manière dont, avec le soutien d’autres pays, nous appuyions les initiatives conduites par, notamment le secrétariat général de la Ligue Arabe, mais aussi d’autres pays de la région, au premier rang desquels l’Arabie Saoudite. Voilà le sens de nos conversations de ce matin ».

Q : Que pouvez-vous dire à propos du tribunal international ?

R : La France a une position bien connue s’agissant du tribunal à caractère international. Nous considérons qu’il est important d’aller vers la création de ce tribunal qui répond à une demande de justice et de vérité de la part de tous les Libanais. Nous sommes à quelques jours du deuxième anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri, de Bassel Fleihane et de leurs compagnons. Je crois que tout le Liban va vouloir réfléchir dans cette période, va vouloir méditer sur ce qui s’est passé depuis, va vouloir aussi s’inspirer de la vision de cet homme, de la vision pour le Liban qu’il avait, du sens national qui l’animait, afin peut-être de dépasser, de surmonter les drames et les difficultés d’aujourd’hui en s’inspirant de son message et de sa mémoire. Si je dis cela, c’est parce qu’il me semble fondamental d’aller vers la création du tribunal à caractère international d’une manière, qui naturellement respecte les institutions libanaises, mais d’une manière très déterminée parce qu’il y a là un processus qui a été enclenché à la demande des autorités libanaises avec le soutien de la communauté internationale et nous devons maintenant aller de l’avant.

Dernière modification : 12/02/2007

Haut de page