Visite à l’ancien président de la République, Président du parti Kataëb, M. Amine Gemayel (27/9/2007)

Mesdames, Messieurs,

Je suis heureux d’avoir pu m’entretenir ce jour avec le Président Amine Gemayel.

Je lui ai présenté une nouvelle fois les condoléances des autorités françaises et l’expression de leur pleine solidarité au lendemain de l’attentat qui a coûté la vie au député Antoine Ghanem. Les Kataëb, au sein de la majorité, ont payé un lourd tribut au terrorisme et j’ai souhaité dire au Président Gemayel l’appréciation de la France pour son courage dans la succession d’épreuves auxquelles il fait face.

J’ai redit aussi au Président Gemayel que la France était déterminée à ce que toute la lumière soit faite sur l’assassinat du député Antoine Ghanem comme sur tous les attentats ayant coûté la vie à des députés, des intellectuels et des citoyens innocents.

Sur le plan interne, le Président Gemayel a bien voulu m’informer des efforts qu’il déployait actuellement, au sein de la majorité, pour progresser vers un accord entre l’ensemble des forces politiques dans la perspective de la prochaine réunion du Parlement le 23 octobre.

Comme j’ai eu l’occasion de le dire, nous avons perçu des signaux de part et d’autre qui allaient dans la bonne direction, celle de la poursuite du dialogue. Le délai d’un mois jusqu’au 23 octobre doit impérativement être mis à profit par tous les responsables politiques libanais. Il faut maintenant, de manière urgente, que les contacts en cours aboutissent.

Aucune entreprise de déstabilisation ne doit empêcher les Libanais d’élaborer par eux-mêmes une solution politique à la crise actuelle. L’élection présidentielle libanaise est l’affaire des seuls Libanais et doit se dérouler hors de toute ingérence ou interférence étrangère.

Je vous remercie./.

Dernière modification : 08/01/2008

Haut de page