Visite à M. Samir Geagea, Chef des Forces libanaises (10/04/2006)

J’ai rendu visite ce matin à M. Samir Geagea afin de faire un tour d’horizon de la situation. Nous avons d’abord évoqué le dialogue national et ses perspectives. J’ai rappelé le soutien de la France à ce dialogue et notre souhait que ce dialogue se poursuive dans le même esprit constructif avec la possibilité naturellement de produire des résultats. J’ai redit à M. Geagea que nous souhaitions que toutes les parties qui peuvent jouer un rôle pour que les premiers acquis du dialogue entrent en vigueur jouent ce rôle. C’est une demande importante de notre part.

J’ai redit notre attachement à la stabilité, à la sécurité, à la prospérité, au développement du Liban et, en ce sens, j’ai redit la disponibilité des autorités françaises à accompagner le Liban dans son effort de réforme. Ces réformes sont indispensables. Les autorités libanaises, le gouvernement ont commencé à en discuter. Nous espérons que des progrès vont être accomplis pour que la conférence des amis du Liban puisse se tenir, comme cela est envisagé, au cours de cette année. Il faut du volontarisme, il faut des concessions, il faut un dialogue mais avec une volonté de changer les choses, de changer certaines habitudes, et de mettre en place un plan ambitieux de réformes que la communauté internationale sera ensuite prête, si les Libanais le souhaitent, à accompagner.

Q : Votre Excellence, vous avez évoqué avec M. Geagea les premiers résultats du dialogue national mais le gouvernement syrien met des bâtons dans les roues en ce qui concerne les relations à rétablir entre les deux pays, comment vous trouvez la réaction des Syriens ?
R : Je crois que l’important aujourd’hui, c’est de travailler sur ce consensus libanais qui s’est opéré sur des sujets très stratégiques et très significatifs. Comme je vous l’ai dit dans ma déclaration, toutes les parties doivent jouer leur rôle pour que les conclusions de ce dialogue soient appliquées et quand je dis toutes les parties, ce sont toutes les parties.

Q : C’est la 2ème fois hier et aujourd’hui vous répétez le support de la France pour un Liban sécuritaire et stable, est-ce que vous craignez une vague d’attentats ou le renouvellement d’attentats au Liban ?
R : Nous sommes naturellement très vigilants et nous sommes très attachés à la stabilité de votre pays. C’est dans ce contexte effectivement que je m’exprime pour dire que, avec beaucoup d’autres partenaires du Liban, avec beaucoup d’autres amis du Liban, nous travaillons pour faire en sorte que le Liban ait les moyens d’exercer ses fonctions régaliennes qui sont d’assurer la protection de ses citoyens.

Dernière modification : 22/01/2007

Haut de page