Remise de diplômes aux commissaires de Police municipale (17 décembre 2015)

Au cours d’une cérémonie organisée à la Salle Montaigne de l’Institut Français du Liban, M. Arnaud PESCHEUX, Chargé d’Affaires a.i a remis un diplôme de formation aux commissaires de Police municipale. Pour l’occasion, il a prononcé le discours suivant :

Monsieur Ahmad Rajab, représentant le Directeur général des Autorités locales,
Monsieur le Lieutenant-Colonel Fadi Hamed, représentant le Directeur général des Forces de Sécurité Intérieure,
Monsieur Béchir Odeimi, Président de Cités Unies Liban, Directeur du Bureau Technique des Villes Libanaises,
Messieurs les Présidents de Municipalités,
Mesdames et Messieurs,

L’Ambassadeur m’ayant confié la charge de l’Ambassade à son départ pour Paris, je suis très heureux de vous accueillir aujourd’hui à l’Institut français.

Au cœur de l’Espace des lettres et de l’Institut français, la salle Montaigne – où nous nous trouvons – est sans doute l’un des lieux les plus emblématiques de la coopération franco-libanaise. Bâtie en 1945, reconstruite en 1990, rénovée en 2013, elle est depuis l’origine un symbole de la proximité entre la France et le Liban dans les domaines de l’art, de la culture et de la vie intellectuelle.
La remise de diplômes à laquelle nous allons procéder prend donc un sens particulier dans cette salle, dont un Ambassadeur de France au Liban disait qu’« elle est, pour nous tous, la face visible d’un héritage très précieux, qu’il nous appartient de faire vivre. »

Cet héritage, nous le faisons vivre aujourd’hui à travers cette cérémonie. Les intervenants qui m’ont précédé ayant dit l’essentiel avec éloquence, je m’efforcerai d’être bref et de me concentrer sur trois messages : les lauréats ; nos partenaires ; l’importance de notre coopération dans le contexte actuel.

Mesdames et Messieurs,

Je souhaite d’abord féliciter les lauréats, car ce sont eux que nous honorons aujourd’hui.

Nos diplômés, commissaires de police municipale et leurs adjoints, ont suivi aux mois d’octobre et novembre une formation qui a deux mérites au moins.

Le premier mérite de cette formation est de marquer l’aboutissement d’une séquence, engagée en amont et jalonnée par différentes étapes – diagnostic, visite d’étude, étude comparative, séminaire –, qui rendent l’ensemble cohérent et solide sur le plan méthodologique.

Le deuxième mérite de cette formation est d’avoir été dense et ambitieuse. Il suffit, pour le réaliser, de regarder le programme, qui couvre un champ très vaste de sujets : la décentralisation et les compétences des polices municipales ; les différentes missions de police – police administrative, polices de la circulation et de la route, police de proximité ; le commandement, le contrôle et l’évaluation ; la gestion des situations d’urgence ; le respect de la déontologie. Tous ces aspects ont été abordés et vous ont permis de bénéficier d’une formation très complète.

De nouveau, je félicite nos diplômés pour le succès de cette formation et vous propose de vous joindre à moi pour les applaudir.

Mesdames et Messieurs,

Ce programme de formation des commissaires de police municipale et de leurs adjoints est une œuvre collective et il est également important de saluer la contribution à ce programme de l’ensemble des parties prenantes.

Il convient de commencer par les deux Ministères libanais qui se sont associés au Ministère français de la Décentralisation et de la Fonction publique dans le cadre de l’arrangement administratif signé en septembre 2014. Ce texte encadre et structure l’ensemble des actions de coopération entre la France et le Liban dans les domaines de la modernisation de l’Etat, de la planification stratégique, de la formation des agents de la fonction publique d’Etat et de la formation des élus et des agents territoriaux. Les deux Ministères libanais concernés sont les Ministères de la Réforme administrative et le Ministère de l’Intérieur et des Municipalités. Que ces Ministères et leurs représentants soient vivement remerciés.

Il faut aussi remercier les partenaires qui, dans ce cadre, se sont coordonnés pour concevoir et mettre en œuvre un programme de soutien à la police municipale, y compris la formation qui nous mobilise aujourd’hui. Il s’agit de Cités Unies Liban/Bureau Technique des Villes Libanaises, de l’Institut libanais des Forces de Sécurité Intérieure, du Ministère libanais de l’Intérieur et des Municipalités, du Comité des Maires libanais, du Ministère français de la Décentralisation et de la Fonction publique et du Centre National français de la Fonction Publique Territoriale.
Je remercie également mes collègues de l’Institut français pour leur travail et leur mobilisation au service de ce projet.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, enfin, de dire quelques mots de l’importance particulière que revêt une telle coopération dans les circonstances actuelles que traversent la France et le Liban.

La formation qui se termine aujourd’hui avec cette remise de diplômes poursuit deux objectifs essentiels : structurer et renforcer les polices municipales ; appuyer les élus locaux en matière de sécurité publique, tout en assurant leur coordination avec les autorités de l’Etat.
Soutien aux forces de sécurité, accompagnement de la décentralisation : voilà justement deux piliers structurants de la coopération franco-libanaise, qui prennent une importance particulière dans le contexte actuel.

La sécurité, d’abord, parce que les attentats de Beyrouth puis de Paris, commandités, à 24 heures d’intervalle à peine, par un même ennemi confirment le rôle essentiel de nos armées et de nos forces de sécurité dans la lutte contre la menace terroriste. Dans ce combat, la France se tient aux côtés de tous les acteurs de la sécurité au Liban, qu’il s’agisse de l’armée ou des forces civiles, nationales comme locales. Nous soutenons ainsi les instituts de formation des Forces de Sécurité Intérieure – dont l’académie de police d’Aramoun – qui viennent d’accueillir 2.000 recrues, et les forces de police municipale, comme l’illustre la cérémonie d’aujourd’hui.

La décentralisation, ensuite, parce que, dans le contexte actuel de blocage des institutions libanaises, les liens qui se sont tissés de longue date entre la France et le Liban à l’échelle locale sont très précieux. Nous souhaitons qu’ils se renforcent et se développent. La réussite de cette formation en est une nouvelle preuve et nous formons le vœu qu’elle puisse se répéter en 2016.

Mesdames, Messieurs,

Je vous remercie de votre attention et me tiens à la disposition des organisateurs pour procéder à la remise des diplômes, qui interviendra après la projection d’un film sur la formation./.

Dernière modification : 17/10/2016

Haut de page