Remise de diplômes au Collège Protestant Français (19/05/2006)

Monsieur le Ministre de l’Education et de l’Enseignement supérieur,
Monsieur le Président de l’Association "Présence Protestante Française au Liban",
Madame le Proviseur,
Chers Elèves,
Chers Parents,
Mesdames, Messieurs

C’est avec plaisir que je participe aujourd’hui pour la deuxième fois à cette cérémonie traditionnelle de remise de diplômes de fin de scolarité aux élèves des classes Terminale du Collège Protestant Français.

Cette cérémonie revêt cette année une importance et une signification toutes particulières. En effet, cette fête de la promotion 2006 vient clôturer la semaine de manifestations qui a été organisée par le Collège et son association gestionnaire « Présence Protestante Française au Liban », pour célébrer à la fois les 80 années d’existence de la création du Collège Protestant Français de Beyrouth et les 50 années de son installation dans ces locaux de la rue Mme Curie, à Koraytem.

J’ai été impressionné par le nombre, la qualité et l’émotion autour des manifestations organisées tout au long de cette semaine. Au delà des très belles cérémonies de vendredi dernier, qui ont montré combien l’esprit de rassemblement et de communion autour du Collège Protestant Français était fort, je sais combien est exceptionnel l’attachement des élèves et des anciens élèves, à leur collège. J’ai lu dans les yeux de chacun au cours de cette soirée, l’émotion, la nostalgie, la fidélité. Dès lors, je tiens de nouveau à féliciter les élèves qui se sont produits sur scène en reconstituant des tranches de vie de l’histoire du collège pour la qualité de leur prestation. Je félicite également le Proviseur, la communauté pédagogique, l’encadrement, les professeurs et bien sûr l’association des anciens élèves de l’établissement, pour leur mobilisation remarquable et pour cette démonstration collective de leur attachement exceptionnel et de leur reconnaissance à ce qui a été leur maison.

Je suis convaincu, chers élèves, que vous tous qui allez aujourd’hui quitter ce bel établissement, reviendrez rapidement ici, la tête haute, le cœur léger, vers cette rue Mme Curie qui vous aura vus grandir afin que vous puissiez à votre tour accompagner les promotions futures et les aider dans leurs choix.

Vous pouvez légitimement être fiers de devenir, demain, des anciens élèves du Collège Protestant Français, établissement prestigieux, reconnu, mythique presque de Beyrouth. Etablissement fruit de la présence et de l’engagement tenace du protestantisme français au Liban, il fait aujourd’hui valeur de symbole. Je souhaite réaffirmer ce soir, dans ce Collège, combien je pense, dans chacun des établissements liés à l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger, aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité présentes au fronton des institutions de la République Française.

Vous savez l’attachement que porte la France, par l’intermédiaire de son système éducatif, au développement des valeurs de démocratie, de liberté, de laïcité. Le respect, l’écoute, l’acceptation de l’autre, quelles que soient ses appartenances politiques, religieuses ou ethniques, sont pour nous les objectifs premiers de la formation du futur citoyen.

C’est au nom de ces valeurs, qu’aujourd’hui, chers élèves, vous allez vous engager, aux côtés de vos aînés pour permettre à votre pays de trouver sa voie. Cette liberté que tout le peuple Libanais appelle de toutes ses forces, vous assurera un avenir prometteur.

On ne peut pas évoquer ces valeurs, que le Liban et la France ont en partage, sans penser aujourd’hui à tous ces Libanais assassinés, à tous ceux que l’on a voulu réduire au silence parce qu’ils menaient un combat courageux pour la liberté, la démocratie, l’indépendance et la pleine souveraineté de leur pays.

Aujourd’hui, les Libanais, qui dans leur diversité continuent de porter haut et fort le message de ceux qui sont tombés, s’accordent ensemble avec un message d’espoir, de courage. Avec la volonté de vivre et de travailler ensemble. La volonté de réussir la main dans la main à relever le défi de l’indépendance retrouvée, comme le prouve le dialogue national récemment engagé dans votre pays, qui rassemble au Liban, à l’ombre de toute présence extérieure, tous les principaux dirigeants de votre pays.

Il est vrai que l’apprentissage de la démocratie est un long chemin semé de multiples embûches, où il n’est pas toujours facile de vivre en bonne harmonie. Cette évolution pour votre pays ne pourra pas se faire sans vous, sans votre volonté de réussir. Vous en serez les principaux acteurs.

Parce que les relations d’amitié, anciennes et profondes, entre nos deux pays reposent sur ces valeurs partagées, la France se sent plus que jamais solidaire du destin du Liban. Et cette solidarité de destin s’exprime aussi, et peut-être avant tout, dans ces écoles qu’elle soutient, comme dans votre collège.

Si la France témoigne un attachement aussi profond à l’enseignement du français et en français au Liban, c’est bien aussi au nom de la promotion et de la défense de nos valeurs partagées. Avec 6 établissements conventionnés et 25 établissements homologués au Liban, qui rassemblent au total 45 000 élèves, la France consent un effort majeur pour promouvoir toujours davantage l’enseignement "à la française", à travers l’envoi de professeurs français, expatriés ou résidents, mais aussi par l’accompagnement de tous les enseignants du réseau, avec notamment la mise en œuvre d’un ambitieux programme de formation, piloté aujourd’hui par le Collège protestant.

L’excellence de la formation académique dispensée dans les établissements du réseau de l’AEFE mérite, à ce titre, d’être soulignée. Cet engagement de la France pour l’enseignement primaire, secondaire mais aussi universitaire se poursuivra dans les années à venir, car tel est la volonté du Président de la République, Jacques Chirac, du gouvernement et des parlementaires de mon pays.

Vous êtes d’ailleurs le témoignage vivant de la réussite de cette action au travers des notes, très brillantes, que vous avez obtenues l’an passé aux épreuves anticipées de français du baccalauréat.

Aujourd’hui est un grand jour. Accompagnés par vos professeurs, mais aussi par l’ensemble des personnels travaillant dans cet établissement, et sous les yeux fiers et émus de vos parents, vous pouvez jeter un dernier regard en arrière et revoir en quelques instants les moments forts de votre passage dans ce Collège Protestant français qui restera cher à votre cœur.

Vous pouvez avoir une pensée reconnaissante, voire affectueuse pour tous ces enseignants qui ont mis leur cœur, leur savoir-faire et leur expérience pour vous donner une formation de qualité. Ils vous ont à la fois communiqué leurs savoirs, en vous inculquant des méthodes de travail. Ils vous ont permis d’acquérir l’autonomie indispensable à la poursuite des études supérieures, en un mot, ont fait de vous des adultes instruits et responsables. Je tiens publiquement à leur rendre hommage et à les remercier pour leur dévouement et leur professionnalisme.

Vous allez maintenant ouvrir la porte d’un autre monde, celui des études supérieures. N’oubliez pas le Collège, votre collège, celui vers lequel vos pas vous ramèneront, vers cette rue qui a accompagné votre enfance et la première partie de votre jeunesse.

Mais maintenant, profitez de ce diplôme, allez parcourir votre pays ou le monde ! Choisissez des études supérieures qui vous permettront d’affirmer votre personnalité mais aussi d’accéder à des emplois ! Continuez à faire preuve de curiosité, de générosité et faites tout pour affirmer votre identité ! Mais en agissant ainsi, en prolongeant votre formation, pensez toujours à votre pays afin de le construire, de le servir, de l’honorer et de le faire réussir.

Je citais l’an dernier le Général de Gaulle dans son célèbre discours de l’Université Saint-Joseph du 3 juillet 1931 où il invitait la jeunesse libanaise à se préparer à ses responsabilités de demain. Je rappellerai aujourd’hui qu’en 1942, dans le contexte historique de la deuxième guerre mondiale, il appela les jeunes libanais à serrer les rangs en leur disant : « Jeunes libanais, la France a besoin de vous. » Permettez-moi aujourd’hui, en paraphrasant le plus grands des Français de l’histoire contemporaine, de vous dire simplement aujourd’hui : Jeunes libanais, le Liban a besoin de vous.

Oui, cher élèves, chers anciens élèves, chers futurs anciens élèves du Collège Protestant Français, vous êtes particulièrement préparés à vos responsabilités de citoyens au terme de votre scolarité ici. Oui, la jeunesse libanaise que vous incarnez doit continuer à bien se préparer à son rôle de demain. Cette élite devra avoir à cœur, avec discipline et désintéressement, de travailler et travailler toujours pour construire une grande nation et d’utiliser tout son savoir pour forger son avenir de liberté, d’indépendance et de prospérité. Laissez-moi simplement vous souhaiter maintenant bonne route. Portez haut et fort, où que vous soyez, les valeurs de liberté, de démocratie et de laïcité qui vous ont été inculquées par cet établissement et par vos professeurs avec le plein soutien de vos parents. A tous, je souhaite le meilleur pour l’avenir ! Vive le Collège Protestant Français ! Vive le partenariat et la fraternité entre le Liban et la France !

Je vous remercie./.

Dernière modification : 17/01/2007

Haut de page