Présentation générale

« La coopération décentralisée franco-libanaise »

Dernière actualisation : Juin 2010

1. Une dynamique en pleine expansion.

Depuis la fin de la guerre civile et la reconnaissance juridique de la coopération décentralisée (1992), de nombreuses collectivités locales françaises ont décidé de s’impliquer dans des partenariats avec des collectivités libanaises et de mettre en œuvre des projets de coopération décentralisée au Liban.

A l’issue de la guerre de l’été 2006, de nombreuses collectivités territoriales françaises ont souhaité marquer leur solidarité et s’engager dans la reconstruction du pays : la coopération décentralisée franco-libanaise a alors connu un nouvel essor et s’est mobilisée sur des projets de développement. Aujourd’hui, une quarantaine de partenariats sont recensés, une trentaine sont particulièrement actifs et dix nouveaux partenariats sont actuellement en cours de construction.

Les projets mis en œuvre entendent répondre aux besoins exprimés par les municipalités libanaises, notamment en matière de renforcement institutionnel et de formation des cadres de l’administration, de la gestion municipale, du développement local. Les municipalités libanaises attachent par ailleurs, un grand intérêt aux problématiques de la gestion de ressource en eau, de l’assainissement et des déchets, mais aussi de la vie culturelle, grâce à cet instrument privilégié que sont les bibliothèques publiques.

2. Recensement des projets de coopération décentralisée.

Excel - 30.5 ko
Tableau des partenariats
PDF - 120.9 ko
Carte des partenariats

3. La décentralisation au Liban.

La seule collectivité locale libanaise est la commune. Les Mouhafazas (préfectures) comme les Cazas (sous-préfectures) constituent des niveaux administratifs des services de l’État mais ne disposent pas d’une véritable autonomie ni d’une personnalité juridique. Seules en bénéficient les 708 communes dotées du statut de « Municipalité » sur les 1.422 localités que comporte le Liban.

Un rôle-clé pour le Bureau technique des villes libanaises (BTVL)

Le Bureau Technique des Villes Libanaises (BTVL), qui est également Bureau de représentation de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) pour le Liban, la Syrie et la Jordanie, joue un rôle important dans la dynamisation de cette coopération. Créé en 2001 par des maires libanais, et bénéficiant de l’appui de l’Ambassade de France, il a vocation à assister les villes dans l’élaboration de leurs projets de développement et de coopération puis à les accompagner dans leur réalisation. Il veille à la synergie avec la coopération multilatérale (Banque Mondiale, Union européenne, coopérations étrangères et ONG. De nombreuses collectivités françaises s’appuient sur le BTVL pour la mise en place de leurs projets.

Les collectivités territoriales françaises se mobilisent autour de la question de
« la décentralisation au Liban »

A la suite de l’appel lancé par le Ministre de l’Intérieur et des Municipalités, M. Ziad Baroud, en Octobre 2009 lors séminaire sur la décentralisation à Tripoli, les collectivités françaises se sont mobilisées afin de répondre à la demande exprimée dans le cadre de la plate forme de coordination mise en place par Cités Unies France.

Le projet construit avec l’appui du Service de coopération de l’Ambassade de France au Liban, entend conduire, en lien avec le Comité des Maires libanais, une réflexion sur la problématique de la décentralisation au Liban, au regard de l’expérience acquise dans différents domaines par les collectivités territoriales françaises. Il a donc été convenu d’organiser une série de séminaires sur des thématiques telles que les services publics, le patrimoine et tourisme, transport et aménagement, Eau/assainissement / gestion des déchets. Le Bureau technique des villes libanaises a été choisi pour être le maître d’œuvre de ce programme.

Cette initiative a été très favorablement reçue par l’ensemble des acteurs libanais et bénéficiera durant 3 ans du soutien financier du Ministère des Affaires Etrangères français d’un montant de 80 000€


4. Les programmes de cofinancement récents.

-  Appel à projet triennal du MAE 2009-2011

11 projets de coopération décentralisée ont été validé pour un montant de 922 828€

2 projets sont toujours en attente de validation.

- Programme d’appui à des projets de collectivités territoriales dans un contexte post-conflit (2006 - 2007)
Face à l’ampleur des destructions qui ont touché le Liban à l’été 2006, l’Ambassade de France a créé dans l’urgence un fonds de cofinancement d’appui à la coopération décentralisée pour soutenir des projets proposés par les collectivités territoriales françaises, répondant aux besoins immédiats des populations et/ou des municipalités affectées par le conflit.

Cofinancement de 8 projets de coopération décentralisée sur l’enveloppe du poste (crédits redéployés) pour un montant total de 267.212 €. Ce programme est terminé.

- Appel à projet triennal du MAE 2007-2009

236.045 €, Cofinancement de 9 projets de coopération décentralisée pour un montant total de 236.045 €.

- Appel à projet annuel du MAE 2008

231.810 €, Cofinancement de 4 projets de coopération décentralisée pour un montant total de 231.810 €.

- Agence Française de Développement

500.000 € en 2007, Cofinancement de 1 projet de coopération décentralisée pour un montant de 500.000 € en 2007.

Il existe également plusieurs programmes d’envergure européenne qui contribuent au renforcement des liens de coopération décentralisée franco-libanais :

- L’initiative des villes européennes pour le Liban (2006 - 2007)

Suite au conflit de l’été 2006, à l’initiative de Cités Unies France et de la Commission « Coopération Décentralisée » de CGLU, la Ville de Lyon, la Diputacion de Barcelone et la Ville de Barcelone ont financé la réalisation d’une vingtaine de fiches-projets permettant un recensement des besoins au niveau local. De nouveaux partenariats de coopération décentralisée ont vu le jour ou ont été renforcés dans ce cadre.

- Programme d’Assistance à la Réhabilitation de l’Administration Libanaise (ARAL)

Ce programme européen a permis, en 2004, la création de 12 regroupements de municipalités. La première phase a donné lieu à l’élaboration dans chaque regroupement, d’un Plan Simplifié de Développement Local et à la rédaction de projets. La deuxième phase prévoit notamment :

• La mise en place de Bureaux de Développement Local dans les 12 regroupements.

• La création de partenariats de coopération décentralisée entre les regroupements et des collectivités locales européennes.

Le Bureau de CGLU / BTVL a été mandaté pour mettre en contact les regroupements avec des collectivités européennes. A ce jour, 4 collectivités françaises se sont engagées à appuyer un regroupement de municipalités.

Contacts :

- Mme Martine HERLEM
Attachée de coopération
Tèl : +961 1 420 203
Télécopie : +961 1 420 207
mail : martine.herlem@diplomatie.gouv.fr

- Marc SYLVESTRE
Chargé de mission à la coopération non-gouvernementale
SCAC - Ambassade de France au Liban
(00 961-1) 420 208
mail : marc.sylvestre@diplomatie.gouv.fr

Sites internet de référence

- Ministère des Affaires étrangères - Commission Nationale de la Coopération décentralisée

- Cités Unies France - groupe pays Liban

- Bureau technique des villes libanaises

- Localiban

Dernière modification : 27/06/2011

Haut de page