Liban - Déclaration du Porte-parole du Quai d’Orsay (9 octobre 2015)

Au point de presse du 9 octobre, le Porte-parole du ministère français des Affaires étrangères et du Développement international a répondu à la question suivante :

Q - Il y a eu hier des manifestations réprimées violemment par les forces de sécurité, il y a même eu beaucoup d’arrestations. Qu’en pensez-vous ?

R - Il faut sortir de l’impasse institutionnelle et aider le Liban à faire face à l’impact de la crise syrienne.

Le Liban est un des pays les plus touchés par la crise syrienne et je voudrais rappeler la solidarité de la France à l’égard du Liban, qui est en proie à un blocage à la fois politique et institutionnel. Il y a une crise humanitaire majeure. La France est l’amie du Liban et pour nous ce n’est pas simplement un choix politique. C’est un choix de cœur qui ne se dément pas. Le président de la République a annoncé pour les réfugiés, et le Liban en aura sa part, 100 millions d’euros dans les deux ans qui viennent. La France, qui est en relation avec l’ensemble des acteurs libanais, doit travailler pour essayer de favoriser une solution institutionnelle. Nous discutons de la situation avec les pays de la région.

Par ailleurs, il y a un aspect institutionnel et nous incitons les acteurs politiques libanais à sortir de cette impasse en élisant un président de la République, c’est très important. La France ne s’ingère pas dans ce choix. Elle incite les acteurs institutionnels libanais à sortir de cette impasse et dépasser cette crise institutionnelle.

Le ministre avait souligné tous ces aspects lors de la réunion du groupe international de soutien au Liban à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies à New York./.

Dernière modification : 10/02/2016

Haut de page