Lettre du président Nicolas Sarkozy adressée au président Michel Sleiman

Monsieur le Président,

Recevant la lettre que vous avez bien voulu m’adresser à la suite de l’attentat perpétré le 9 décembre dernier contre des soldats français de la FINUL, je souhaite vous en remercier et vous dire combien j’ai apprécié la rapidité, la clarté et l’unanimité des condamnations exprimées par les autorités et les forces politiques libanaises à la suite de cet acte que vous qualifiez justement de lâche et d’odieux.

Ainsi que vous le rappelez, la FINUL est déployée au Liban-Sud à la demande des autorités libanaises pour effectuer une mission destinée à assurer la paix et la sécurité de votre pays. Vous savez combien la France est attachée au respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriales du Liban, pour lesquelles elle s’est engagée avec détermination en raison des liens particuliers qui nous unissent et de l’importance de préserver au Moyen-Orient un Liban libre, démocratique et pluriel.

Cet engagement s’est malheureusement traduit à plusieurs reprises par un coût humain élevé. Pourtant, la France n’a jamais accepté de céder devant l’intimidation ou la violence.

Tout en confirmant sa volonté de maintenir son engagement auprès du Liban à travers sa participation à la FINUL, la France tiendra compte de la poursuite des efforts menés ces derniers mois par les autorités libanaises pour accroître le soutien des Forces armées libanaises à l’action de l’ONU au Liban Sud. En outre, elle tirera les conséquences des recommandations qui seront faites par le Secrétaire général des Nations Unies à l’issue de la révision stratégique actuellement en cours.

S’agissant de l’attentat du 9 décembre, je vous remercie de me faire part de votre détermination à ce que toute la lumière soit faite concernant les auteurs et les commanditaires de cet acte afin qu’ils soient jugés. Je vous serais à cet égard reconnaissant de toues les indications que vous voudrez bien me transmettre sur les progrès de l’enquête, pour laquelle la coopération des autorités civiles et militaires françaises vous est acquise.

Il me paraît en effet essentiel que ceux qui commettent de tels attentats et ceux qui en sont à l’origine en répondent devant la justice afin qu’aucun sentiment d’impunité ne s’installe et que chacun mesure en connaissance de cause les conséquences de ses actes.

Dans la période troublée que traverse actuellement le Moyen-Orient, la stabilité et la liberté du Liban sont plus indispensables que jamais. Comme toujours face aux difficultés, nos deux pays doivent être côte à côte et montrer leur détermination commune.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Dernière modification : 08/02/2016

Haut de page