La France au Liban Ambassade de France à Beyrouth
fontsizeup fontsizedown

 français  

Accueil » Coopération économique » L’Agence Française de Développement

Les activités au Liban

L’AFD au Liban contribue à la reconstruction et à la stabilisation du pays, après de nombreuses périodes de crise et notamment de la longue guerre civile et de la guerre de juillet 2006, tout en contribuant au développement socio-économique du pays. Pour la période 2008-2012, l‘activité de l’AFD au Liban est principalement orientée vers trois secteurs de concentration :

L’appui au secteur productif

Dans le cadre de ses projets, l’AFD appuie les organismes privés libanais dans leur démarche de reconstruction et de développement d’une offre compétitive, adaptée aux besoins et ressources du pays. Après l’octroi de lignes de crédit à cinq banques libanaises en faveur des PME ayant souffert de la guerre de 2006 et de ses conséquences, des interventions par intermédiation bancaire ont été poursuivies en faveur de la micro-finance, de l’éducation (prêts aux étudiants) et de la santé (hôpitaux privés). D’autres concours de l’AFD viennent en appui à des établissements privés libanais dans le secteur hospitalier, universitaire et agricole. L’AFD intervient également en soutenant le programme de réformes économiques de l’Etat libanais : dans le cadre de la mise en œuvre de l’aide budgétaire globale de « Paris III », 225 M€ doivent encore être versés, conditionnés par des réformes structurelles dans les secteurs des télécommunications et de l’électricité.

Infrastructures et développement urbain

Le développement des infrastructures et le développement urbain sont des composantes centrales de l’intervention de l’AFD en faveur de l’aide à la reconstruction du Liban. Cette intervention est valorisée par un appui en termes d’expertise et de renforcement de capacités des institutions publiques libanaises. Les projets de développement urbain sur les villes de Tripoli et Tyr intègrent une composante innovante de revitalisation des tissus urbains au travers de la valorisation du patrimoine culturel historique des centres villes (33 M€ en cofinancement avec la Banque Mondiale). Dans le secteur de l’électricité, l’AFD comme la Banque mondiale sont en attente des réformes structurelles annoncées dans le cadre de Paris III. Une assistance technique auprès de l’Électricité du Liban (EDL) et un conseiller technique auprès du ministre de l’Energie et de l’Eau ont permis d’établir une veille active sur ce secteur stratégique.

L’eau et l’assainissement

L’eau et l’assainissement constituent un enjeu de premier ordre au Liban, compte-tenu du développement insuffisant des réseaux pour répondre aux besoins en eau potable et aux besoins en traitement des eaux polluées. Plusieurs projets ont été mis en œuvre dans le domaine de l’eau potable sur Tripoli (20 M€) et le sud du pays (Nabatiyeh et Hasbaya : 12 M€). L’assainissement, qui enregistre un retard d’investissement important au Liban, a bénéficié d’un premier concours de 30 M€ au Liban Nord. Un nouveau projet (enveloppe prévisionnelle de 50 M€) est à l’étude dans le Kesrouan, en cofinancement avec la BEI.

Projets hors secteurs de concentration

L’AFD peut également soutenir des projets en dehors de ses secteurs de concentration lorsque les projets correspondent aux objectifs de l’AFD et que leur financement est considéré comme un levier pour le développement économique, humain et social du pays d’intervention. Au Liban, des actions sont menées dans le domaine de la santé, de l’éducation, pour soutenir les projets des collectivités locales, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.


publié le 4 juillet 2011

Liens utiles

Facebook Twitter Google+ Storify Youtube Dailymotion Flickr RSS