Le Manuel d’Histoire franco-allemand : une première mondiale

Version arabe

Pour la première fois dans le monde, deux pays, la France et l’Allemagne, ont entrepris d’écrire ensemble l’Histoire pour offrir à leur jeunesse une vision croisée de leur passé, soulignant ainsi la force de leurs relations et leur importance dans la construction de l’Europe, appelée à devenir leur avenir. Le premier « Manuel d’Histoire franco-allemand », qui porte sur "l’Europe et le monde depuis 1945", est utilisé depuis l’automne 2006 dans ses deux versions identiques, française et allemande, dans les classes terminales de l’enseignement secondaire des deux pays. Symboliquement présenté officiellement le 4 Mai 2006 à l’Historial de la Grande Guerre (1914-1918), à Péronne, dans le nord de la France (« là où la France et l’Allemagne se sont déchirées ») pour y célébrer aujourd’hui « l’amitié retrouvée », il permettra selon le ministre français de l’Education nationale, Gilles de Robien, « de fonder notre vision de l’avenir sur une conscience lucide de notre passé ».

La naissance de ce manuel (conforme aux programmes des deux pays et bénéficiant d’un riche appareil documentaire iconographique, cartographique et photographique commun) répond au souhait exprimé, en janvier 2003, par le « Parlement franco-allemand des jeunes », réuni à Berlin lors de la célébration du 40ème anniversaire du Traité de l’Elysée signé, le 22 janvier 1963, par le général de Gaulle et le Chancelier Konrad Adenauer. Ce voeu des lycéens fut approuvé par le président Jacques Chirac et le Chancelier Gerhard Schröder, ainsi que par les représentants des 16 Länder, qui en Allemagne disposent de la compétence en matière éducative et culturelle. Un comité scientifique en a ensuite défini les grandes lignes et confié l’écriture et la réalisation à un tandem éditorial franco-allemand comprenant cinq historiens (professeurs d’histoire) de chaque pays. L’ensemble prévu de trois volumes remontera chronologiquement dans le temps, le deuxième à paraître allant des transformations du XIXème siècle à la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) et le troisième de la démocratie grecque à la Révolution française de 1789.

Le Manuel comprend 17 Chapitres répartis en cinq grandes parties : « L’immédiat après-guerre (1945-1949) et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale », « L’Europe dans un monde bipolaire (1949-1989) », « L’Europe dans un monde globalisé de 1989 à nos jours », « Les transformations techniques, économiques, sociales et culturelles depuis 1945 » et « Allemands et Français depuis 1945 ».

Chaque chapitre comprend plusieurs Leçons assorties de Dossiers permettant aux élèves d’approfondir ponctuellement des thèmes essentiels à la compréhension de plus d’un demi-siècle d’histoire européenne. Défilent ainsi les différentes étapes de la guerre froide, la fin des empires coloniaux, l’Europe divisée, l’intégration européenne, la réunification de l’Allemagne, l’effondrement des démocraties populaires, les mutations économiques et la transformation culturelles dans le monde depuis 1945, la population mondiale. Les Dossiers illustrés, concis et accompagnés de « pistes de travail », sont d’une grande variété. On y trouve aussi bien « Le Tribunal de Nuremberg : une justice des vainqueurs ou un procès pour l’Histoire ? » que « Guerre atomique, guerre interdite ? », « L’insurrection hongroise de 1956 » ou « La tragédie yougoslave », « Le Vietnam, enjeu des relations internationales », « Un Nord vieillissant », « Le sport en R.D.A. » (République démocratique allemande), « Une crise de la démocratie en Europe ? », « Faut-il protéger les langues nationales ? » ou « Religion et société en Europe ».

L’une des idées forces de ce manuel commun est l’importance de la construction européenne, longuement expliquée et analysée tant sous ses aspects historiques, politiques et institutionnels qu’économiques et culturels. Le 5 janvier 2007, le président Jacques Chirac exprimait devant le corps diplomatique, à Paris, sa « conviction : la construction européenne, née de la réconciliation franco-allemande, est une des réalisations les plus importantes de l’histoire contemporaine ». Une constatation qui prend corps tout au long du Manuel d’Histoire franco-allemand.

Les quatre chapitres qui composent la dernière partie de l’ouvrage, « Allemands et Français depuis 1945 », relatent d’une manière assez inhabituelle dans un manuel d’histoire l’évolution politique de chaque pays depuis la fin de la guerre : l’Allemagne divisée pendant près de quarante ans puis réunifiée en 1990, la France avec la crise de Mai 68, l’alternance et la cohabitation. Des Dossiers particuliers analysent des thèmes tels que « Etrangers et immigrés en France et en Allemagne » ou « Dialogue social et syndicalisme en France et en Allemagne » durant cette période, comparent les systèmes éducatifs, et notent deux conceptions différentes de l’Etat démocratique.

Le dernier chapitre du livre, intitulé « Le partenariat franco-allemand : un succès exemplaire » est tout entier consacré à l’évolution depuis 1945 des relations entre ces « anciens ennemis devenus partenaires » - relations non exemptes parfois de divergences. L’un des Dossiers de ce chapitre porte sur « La formation, la jeunesse et la culture au centre de la coopération franco-allemande ». Le développement des échanges dans ces trois domaines était, en effet, un objectif primordial de la coopération franco-allemande fixé par le Traité de l’Elysée de 1963.

Le comité scientifique qui a présidé à la naissance de ce « manuel scolaire d’un nouveau type » évoque « les fondements d’une plus-value pédagogique et scientifique qui tant par ses méthodes que par son contenu sont appelés à faire école, c’est-à-dire à servir un jour de fondement à un manuel européen d’histoire ». Il exprime aussi l’espoir que pourra être « élargie, transposée à d’autres pays, à d’autres cultures, à d’autres régions du monde, cette expérience unique de l’écriture commune d’une histoire complexe et plurielle ».

Claudine Canetti

Dernière modification : 26/03/2007

Haut de page