Lancement d’un partenariat entre l’Institut français de Jounieh et la Compagnie libanaise du téléphérique le 17 juin 2016

L’Ambassadeur de France au Liban, M. Emmanuel Bonne, a inauguré vendredi 17 juin 2016 un projet de partenariat entre l’Institut français de Jounieh et la Compagnie libanaise du téléphérique.

Ce lancement a eu lieu à l’arrivée du téléphérique à Harissa, en présence notamment de la directrice de l’Institut français de Jounieh, Mme Mélodie Bardin, du PDG de la Compagnie libanaise du téléphérique, M. Joe Boulos, des représentants des ministres libanais du Tourisme et de la Culture, du président de la municipalité de Daroun-Harissa, M. Nizar Chemali, ainsi que d’élèves de l’école associative « Paradis d’enfants » et de collégiens du Lycée libano-allemand.

L’objectif de ce partenariat est de proposer aux écoles des activités à la fois ludiques et pédagogiques. Les jeunes visiteurs, qu’ils se rendent de manière individuelle ou dans le cadre de sortie scolaire, bénéficieront désormais de deux brochures à compléter en français, qui les aideront à mieux appréhender les aspects patrimoniaux, historiques, techniques et environnementaux du téléphérique de Jounieh.

Lors d’une conférence de presse, l’ambassadeur a présenté les deux parcours pédagogiques destinés à accompagner le jeune public dans sa visite du téléphérique :

« Madame, Monsieur, les représentants des ministres, merci d’être avec nous aujourd’hui. Merci Monsieur le maire de Harissa-Daroun, merci à tous ceux qui ont contribué à ce bel événement, notamment Madame Viviane Boulos.

Merci surtout aux enfants des écoles Paradis d’enfants et Lycée libano-allemand d’être là pour lancer le cheminement sur ce beau parcours que nous venons de traverser ensemble. Je suis heureux que dans ce haut lieu du tourisme et de la culture au Liban nous soyons aujourd’hui en mesure d’adosser un partenariat entre l’Institut français de Jounieh et la Compagnie libanaise du téléphérique. L’histoire de ce téléphérique, qui vient de vous être racontée, est une histoire de plus de cinquante ans. C’est à la fois celle de la culture, du tourisme et de la beauté de ce site. Vous avez vu en montant ici à Harissa à quel point la montagne est belle, à quel point la forêt est belle. Et tout cela, outre l’esprit d’entreprise dont vous nous avez parlé, M. Joe Boulos, nous dit toute la valeur qu’il y a à préserver l’environnement, à préserver la beauté de ce pays, le Liban, ses montagnes, ses vallées, ses forêts, sa vue superbe.

Je suis heureux d’être avec vous aujourd’hui pour admirer la vue, à travers le brouillard. Harissa est un site exceptionnel et c’est à chaque fois un grand plaisir d’être ici. Vous avez pu constater vous-mêmes, mesdames et messieurs, en montant, avec les enfants, dans les cabines, à quel point ce site est beau. Je crois qu’il est important que ce site soit valorisé de toutes les manières possibles. Nous sommes ici dans un endroit où l’on peut avoir accès à de bons restaurants, où l’on peut prendre du bon temps et où l’on peut maintenant, grâce à ce partenariat, faire œuvre de pédagogie. Le parcours que nous proposons a un intérêt pour tous parce qu’il y a beaucoup de familles qui viennent ici avec des jeunes et des enfants. Les outils que l’Institut français met à disposition aident le jeune public, vous, les enfants, à mieux appréhender l’histoire, les aspects patrimoniaux, les aspects techniques et les enjeux de l’environnement qui vont avec le téléphérique de Jounieh-Harissa. Je laisserai ensuite le soin à mesdames Blandine Yazbeck et Mélodie Bardin de vous présenter les détails de ce parcours et je vais aller sur ce parcours avec vous.

Ce projet, ici, a une ambition francophone, bien sûr, parce que la francophonie est un élément important de la culture du Liban et de la France. C’est un élément important de l’amitié entre la France et le Liban. Ce projet fait partie d’un ensemble de nombreuses initiatives que l’Institut français du Liban peut prendre, notamment avec vous, jeune public, parce que c’est bien vous, les enfants, qui portez, comme l’a dit M. Boulos, l’avenir de la culture, l’avenir de l’éducation et donc l’avenir de notre amitié francophone.

En général, le grand public, ici au Liban, connait bien l’Institut français, ses activités culturelles et les événements qu’il organise et je vous rappelle que dans quelques jours, le 21 juin, nous célébrerons la Fête de la musique. Je veux également insister en présence des enfants et de leurs instituteurs sur l’engagement de notre Institut français auprès des écoles pour développer l’idée de parcours pédagogiques comme nous le faisons aujourd’hui, pour soutenir aussi l’enseignement de la langue française et la formation des professeurs pour progresser ensemble dans cette voie de l’éducation et de la culture.

Le projet que nous inaugurons aujourd’hui avec la Compagnie libanaise du téléphérique mais aussi avec le soutien et la participation de l’UNESCO – dont je remercie le représentant, Maitre Antoine Sfeir, d’être avec nous – s’inscrit dans cette volonté de rendre accessible à la jeunesse tout son patrimoine culturel au Liban et de pouvoir le faire en utilisant tous les outils de la culture, que ce soit l’arabe ou le français. Ce projet témoigne aussi de notre engagement à rechercher avec vous les meilleurs moyens pédagogiques de répondre aux besoins et aux envies du jeune public. Merci à l’Institut français de Jounieh, merci à la Compagnie libanaise du téléphérique, merci à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce beau projet. Je suis heureux que nous soyons aujourd’hui au début d’un nouveau parcours. Je vous souhaite, les enfants, beaucoup de plaisir et beaucoup de connaissances. Merci encore à tous d’être venus si nombreux pour cette inauguration./ »

Dernière modification : 20/06/2016

Haut de page