La crise des réfugiés syriens à moyen terme : Quelles solutions possibles ?

Des représentants de pays d’accueil du Moyen-Orient et de l’Europe ainsi que d’organisations humanitaires et d’aide au développement, des universitaires et des chercheurs ont conclu aujourd’hui un événement inter-régional décisif portant sur les résultats analytiques, et les implications politiques de l’étude réalisée par la Banque Mondiale et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) intitulée “Le Bien-être des Réfugiés Syriens : Observations en Provenance de la Jordanie et du Liban”.

Le rapport apporte un éclairage sur la situation socio-économique des réfugiés syriens dans les deux pays, et met en évidence les conséquences de la pauvreté des réfugiés. Une bonne compréhension de la situation socio-économique permet de mieux comprendre les clés du bien-être des réfugiés et d’envisager la création d’un système plus durable pour répondre à leurs besoins.

Cette analyse est d’autant plus importante qu’elle permet d’identifier des moyens de transformer des éléments de la crise en opportunités. Des expériences internationales ont montré que les réfugiés peuvent contribuer à l’économie de leurs pays d’accueil en devenant des consommateurs, travailleurs et même investisseurs.

L’événement a été organisé par le Centre pour l’Intégration en Méditerranée, le Groupe de la Banque Mondiale, et les Nations Unies, avec le soutien de l’Agence Française de Développement. Il a permis aux participants de partager stratégies et meilleures pratiques pour créer des opportunités économiques pour les communautés d’accueil et les réfugiés, reposant sur l’expérience des pays du Machreq et de l’Europe.

Les discussions étaient articulées autour de :

  • Combiner le travail humanitaire et d’aide au développement pour une vision de court-à-moyen terme qui soutient les réfugiés syriens ainsi que les communautés locales.
  • Les recommandations de politiques publiques sur la situation de pauvreté des réfugiés, et les moyens de transformer des éléments de la crise en opportunités.
  • Le partage des connaissances entre le Machreq et l’Europe pour la création de conditions favorisant une prospérité partagée et une croissance économique au profit des communautés de réfugiés et d’accueil.
  • Réduction de l’écart financier grâce à la mobilisation de ressources et le renforcement des collaborations multipartenaires pour soutenir le bien-être des réfugiés et des communautés d’accueil.

Dernière modification : 04/03/2016

Haut de page