Journal du lundi 16 février

Journal du lundi 16 février

C’est toujours dur le lundi matin. Le dimanche a été bon, bonnes séances de course à pied pour préparer le semi-marathon de Paris, cinéma avec le très divertissant "Kingsman", bon pour le moral.

PNG
Conférence de presse sur le travail des enfants

La journée commence avec la conférence de presse organisée pour le lancement d’une étude sur les enfants vivant et travaillant dans les rues au Liban qui est l’œuvre de quatre acteurs l’Organisation internationale du travail, l’Unicef (avec Annamaria Laurini, directrice du bureau de Beyrouth), Save the children et le ministère du travail. La cérémonie est placée sous le patronage du ministre du travail, Sejaan Azzi, qui assiste à cette conférence de presse et prononce un discours volontariste. Succession de petits dessins animés extrêmement poignants (parfois insupportables) dans lesquels les enfants des rues racontent leur parcours, leur calvaire. Suivent les discours, qui soulignent tous la gravité du problème même si le phénomène n’a pas au Liban l’ampleur qu’il a dans d’autres pays, c’est de toute façon insoutenable, inacceptable. Plusieurs pistes sont évoquées pour lutter contre ce fléau : s’assurer du respect de la législation pertinente et/ou adopter une législation adaptée, favoriser la réintégration des enfants des rues dans le système éducatif ou dans leurs communautés et/ou créer ou développer des structures d’accueil, développer des actions de prévention auprès des communautés et groupes vulnérables, renforcer la coordination à l’échelle nationale à travers le Comité directeur national contre le travail des enfants. Espérons que ces exhortations salutaires seront bien mises en œuvre.

NB : J’ai mis pour l’occasion la cravate ma cravate Save the children. Elle est remarquée par le ministre du travail et je suis du coup mitraillé par une photographe et me retrouve bientôt sur Twitter.

JPEG
La cravate Save the children

Visite à Saad Hariri
Dans l’après-midi, je me rends à la Maison du centre pour rencontrer Saad Hariri. Entretien cordial. Je redis à Saad Hariri combien je suis heureux de le retrouver au Liban. Je serais encore plus heureux qu’il puisse s’y installer durablement. Nous revenons sur le discours qu’il a prononcé samedi.

Il réitère son engagement en faveur du dialogue. Celui qu’il a engagé avec le Hezbollah sous les auspices de Nabih Berri est nécessaire, souligne-t-il. Il permet d’abaisser le niveau de tension dans le pays et de préparer le terrain à des accords politiques.

Je lui redis tout notre soutien au dialogue en général et à celui-ci en particulier.

Pour le reste, nous nous accordons sur la nécessité d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais, tout en constatant que les conditions ne sont pas encore réunies.

Je réitère la volonté de la France de rester impliquée aux côtés des Libanais, pour faciliter cette élection comme pour permettre la mise en œuvre de projets de développement au profit de l’ensemble de la population. Nous y travaillons activement et nous efforçons d’obtenir les accords nécessaires des autorités libanaises pour pouvoir utiliser pleinement les financements del’AFD.

Tous les Libanais sont dans l’attente du discours que doit faire ce soir Hassan Nasrallah.

Au-delà du rappel attendu des positions du Hezbollah concernant son engagement en Syrie, mais aussi en Irak, engagement pleinement assumé et revendiqué, le discours fait écho à celui de Saad Hariri en ce qui concerne le dialogue, auquel Hassan Nasrallah réaffirme son plein attachement.

Espérons que celui-ci portera bientôt tous ses fruits.

Des tirs de joie saluent le discours. Certaines habitudes ont, en dépit des assurances des chefs politiques, la peau dure !

Dernière modification : 07/04/2015

Haut de page