Journal de l’Ambassadeur du 9 mars au 18 mars

Journal du Liban (9 mars - au 18 mars 2015)

Lundi 9 mars

Retour à Beyrouth.
Non, je n’ai pas négligé mon journal, mais j’ai fait un aller-retour à Paris pour participer au semi -marathon de Paris par un temps superbe. J’y ai retrouvé des amis libanais venus participer à cette fête, quelques mois après le marathon de Beyrouth que j’avais eu la joie de courir à leurs côtés, avec une équipe de l’ambassade. Rien de mieux qu’une épreuve de ce type pour cimenter l’amitié et la cohésion.
Au programme le soir, un divertissement, la retransmission en direct du ballet du Bolchoï Roméo et Juliette de Prokofiev au cinéma Empire Sodeco. Le cinéma, a passé un accord, sur la suggestion de l’Institut Français, avec la société française Pathé Live – distributeur exclusif des retransmissions de ces deux prestigieuses scènes – pour retransmettre en direct les opéras mis en scène au Met de New-York et les ballets du Bolchoï de Moscou. Programme remarquable qui, en l’absence d’opéra à Beyrouth, attire un public nombreux pour des productions de très haut niveau. Il permet de vivre les productions très intensément et de pénétrer lors des entractes dans les coulisses du spectacle. A poursuivre !

Mardi 10 mars

Séquence chargée d’entretiens et de rencontres ce matin.
Petit-déjeuner, à l’invitation du ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur, Elias Bou Saab, qui fait le point à l’intention de la communauté diplomatique et des organisations internationales du programme RACE concernant l’accès à l’éducation des enfants des réfugiés syriens sur le territoire libanais. Intéressant éclairage sur la politique voulue par le gouvernement libanais pour permettre la scolarisation de ces 400 000 enfants ainsi que sur les limites des capacités de l’Etat libanais. Expression des préoccupations de chacun, examen des solutions possibles. Exercice utile qui permettra de mieux travailler ensemble. En marge de la réunion, nous faisons le point, Elias Bou Saab et moi-même, sur les projets en cours s’agissant en particulier du prêt de l’Agence française de développement de 45 millions € destinés à la construction d’écoles dans le Akkar, le nord de la Bekaa et la montagne libanaise.
Visite au ministre de l’énergie et de l’eau, Arthur Nazarian, pour évoquer les dossiers bilatéraux en couts et veiller à leur bonne fin. Echange productif en présence du directeur général des ressources hydrauliques et électriques.

Je me rends ensuite chez le ministre des finances, Ali Hassan Khalil, dans le même esprit. Nous faisons le point sur plusieurs dossiers de la relation bilatérale. J’en profite pour saluer le dialogue politique engagé entre le Courant du Futur et le Hezbollah, dans lequel M. Khalil s’implique de manière très active, aux côtés du président du parlement Nabih Berry.

C’est drôle, j’avais lu quelque part que je ne rencontrais que des personnalités du 14 mars. Cette séquence montre que ce n’est pas le cas et que j’entretiens le dialogue avec les représentants de l’ensemble des grandes forces politiques du pays …

Signature d’un accord de partenariat entre l’Ordre des médecins du Liban et l’Ecole supérieure des affaires au siège de l’Ordre, la maison du Médecin. J’apprends que c’est la première visite officielle d’un ambassadeur de France dans cette maison, ce qui ne manque pas de paradoxe quand on sait le très grand nombre de médecins d’origine libanaise formés en France, y exerçant ou y ayant exercé.

PNG
Signature de l’accord par le Président de l’ordre des Médecins Antoine Boustany et le Directeur de l’ESA Stéphane Attali

Mercredi 11 mars

Visite à l’ex-président Michel Sleimane pour faire un point de situation. Il m’expose ses projets pour rester actif sur la scène politique, ce qui est, de notre point de vue, une bonne chose. L’ancien chef de l’Etat a en effet une vision de l’Etat et du fonctionnement des institutions. Il est toujours utile de l’entendre alors que l’intérêt général semble largement perdu de vue dans le débat politique libanais.
Visite ensuite au Vice-Premier ministre et Ministre de la Défense, Samir Mokbel, pour faire le point sur l’avancement des dossiers bilatéraux, en particulier, sur la mise en œuvre du programme d’équipement de l‘armée libanaise financé par le don saoudien de trois milliards de dollars. Malgré les rumeurs parfois malveillantes que l’on trouve dans la presse, l’opération progresse normalement et sans problème et se concrétisera par de premières livraisons de matériels d’ici quelques semaines.

17h30, Résidence des Pins : conférence de presse pour annoncer la journée mondiale de la gastronomie française, baptisée « Goût de France / Good France » organisée le 19 mars dans le monde entier, avec la participation de plus de 1300 chefs sur les 5 continents. Au Liban, 7 des meilleures tables s’associent finalement à l’événement, en proposant des menus exceptionnels : Le Bergerac, Le Burgundy, La Centrale, l’Eau de vie, Le Gabriel, Villa Clara et le Sydney’s.

Soirée cinéma à la salle Montaigne pour le film Vincent n’a pas d’écailles, de Thomas Salvador, présenté comme « le premier film de super-héros français ». Film original projeté en présence de son actrice principale Vimala Pons, qui se prête ensuite à un échange avec la salle. En même temps que les « grands classiques » également proposés salle Montaigne, il est agréable de pouvoir voir à Beyrouth des film tout juste sortis en France, comme celui-ci.

PNG
L’actrice Vimala Pons présente « Vincent n’ a pas d’écailles »

Jeudi 12 mars

Visite à Fouad Siniora à son bureau de la rue Bliss, pour un échange sur la situation politique. Constat de l’impasse et de l’absence de perspectives pour en sortir, ce que nous déplorons. L’ancien Premier ministre réitère l’engagement du Courant du Futur, dont il conduit le bloc parlementaire, dans le dialogue avec le Hezbollah, qui est nécessaire et utile, même s’il ne peut à lui seul trouver des réponses à toutes les questions.

Remise du label CELF à l’école Christ-Roi de Zahlé à l’Institut français. C’est la première école de Zahlé à recevoir ce label. Cérémonie chaleureuse qui démontre l’engagement de toute l’équipe de l’école en faveur d’un projet éducatif visant l’excellence, en présence de Mgr Issam Darwich, évêque grec-catholique de Zahlé.

PNG

Photo de famille à l’école du Christ-Roi de Zahlé

Visite à l’ambassade de Tracy Chamoun. Nous avons régulièrement des échanges. La petite-fille de l’ancien président, à laquelle on doit deux témoignages intéressants, publiés en français, sur son parcours personnel et politique, me présente sa perception de la situation et sa vision de l’avenir du pays, en particulier sur le plan institutionnel. Il est utile de se projeter ainsi vers l’avenir dans ces temps d’incertitudes et de blocage.

PNG
Avec Tracy Chamoun

Ouverture du festival du film arabe au Cinémacity des souks de Beyrouth avec Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, œuvre franco-mauritanienne qui a récemment reçu une pluie, méritée, de césars. Très beau film, fort. Il faudrait le passer ce film, mais il ne sera malheureusement pas distribué dans les salles au Liban.

Vendredi 13 mars

Visite à Tripoli.
Entretien avec le maire de Tripoli, Nader Ghazal. Constat de l’excellence de la coopération décentralisée avec la ville de Marseille. Rappel de l’engagement de la France dans la deuxième ville du Liban, à la fois par l’Institut français – qui n’a jamais fermé, même au plus fort des tensions – et le lycée Lamartine, mais aussi à travers l’action de l’AFD : réhabilitation de la citadelle et des souks, financement d’un centre de formation prof pour les jeunes, traitement des eaux usées, etc.

Ensuite, échange éclairant et intéressant avec le mufti de la ville, Malek El Chaar, homme de raison et de modération dont il est souhaitable que la voix soit entendue.
Passage à l’Institut français pour apporter mon soutien à l’équipe. La fréquentation a été mise à mal par les tensions sécuritaires mais le public et les élèves reviennent, grâce au travail remarquable de l’équipe. Comme me l’ont dit tous mes interlocuteurs sans exception (notamment à la mairie où tous nos échanges ont eu lieu en français), la francophonie se porte bien à Tripoli et les demandes de certification émanent non seulement des établissements enseignant en français mais aussi des écoles anglophones pour améliorer la qualité de leur enseignement du français. Je conclue cette visite à Tripoli en me rendant au Lycée Lamartine. L’établissement est bien conçu et l’équipe motivée. Après la visite de l’établissement, déjeuner avec l’’encadrement, les enseignants, les représentants des parents et des élèves. A tous j’exprime un message d’encouragement et de soutien en sachant combien la situation a pu être compliquée en raison de la situation sécuritaire qui a affecté la circulation des élèves.

De retour à Beyrouth, je me rends à l’ambassade d’Arménie pour la commémoration du centenaire du génocide arménien, qui revêt bien sûr une importance particulière ici, du fait de la présence d’une importante communauté arménienne au Liban très attachée à son identité propre en même temps qu’à son identité libanaise.

Dimanche 15 mars

Soirée Edith Piaf au festival Al Bustan avec un duo intriguant : l’accordéoniste Richard Galliano et le guitariste Sylvain Luc. Remarquable interaction entre les deux musiciens qui montrent, sans voix, la beauté des chansons de la « Môme ».

PNG
L’accordéoniste Richard Galliano et le guitariste Sylvain Luc en action

Lundi 16 mars

Je reçois à déjeuner le colonel Benoît Aumonnier, qui termine sa mission à la tête du contingent français de la FINUL. Il est accompagné d’une partie de son équipe. Echanges sur la situation dans le sud. Je rends hommage à ces officiers et à leurs hommes pour la façon dont ils s’acquittent de leur mission et dont ils représentent la France au service de la paix.

Réception à la Résidence des Pins à l’occasion de la septième édition de la « rencontre des cadres dirigeants de la Fonction publique » libanaise, en présence du responsable de l’ENA pour la zone Afrique du Nord – Moyen-Orient et de la directrice de l’Institut des finances Bassel Fleihan, Lamia Moubayed. Celle-ci, avec son équipe toujours souriante, fait un travail remarquable au service de la formation des fonctionnaires libanais et nous sommes heureux de travailler avec l’Institut qu’elle dirige. Les liens entre la France et la Liban, dans ce domaine de la formation de la fonction publique, a connu un développement intéressant, avec la signature d’un arrangement administratif, organisant l’ensemble de notre coopération dans ce domaine. Il a été signé par Mme Lebranchu avec ses collègues les ministres de l’intérieur et de la réforme administrative, au mois de septembre 2014.

Mardi 17 mars

Le mois de la francophonie se poursuit à l’Institut français avec un nouveau débat sur la « francophonie dans tous ses états » animé par Alexandre Wolff, directeur de l’observatoire de la langue française de l’OIF, Jean-Loup Chifflet, linguiste et auteur du Dictionnaire amoureux de la langue française et Alexandre Najjar, auteur du Dictionnaire amoureux du Liban.

En fin de matinée, toujours salle Montaigne, remise des prix des vainqueurs du concours « Dis-moi, dix mots ». Les participants, des jeunes Libanais de 16 à 18 ans, scolarisés dans les établissements francophones du pays, publics et privés mais non homologués, devaient réaliser un texte rythmé en français en s’appuyant sur au moins cinq des mots suivants : amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit, kermesse, kitsch, sérendipité, wiki, zénitude. L’exercice n’est pas facile, les lauréats s’en sont fort bien tirés. Les quatre « super vainqueurs » nous présentent leur contribution. Quel talent !

PNG

Les lauréats du concours « Dis-moi, dix mots »

Mercredi 18 mars

Je me rends à 8h30 au commandement de l’armée libanaise à Yarzé pour le lancement officiel du programme d’équipement de l’armée libanaise financé par le don saoudien de 3 milliards de dollars. L’opération est sur les rails et fonctionne comme prévu.

Interviews en direct dans les studios de Light FM puis de la Future TV, pour faire le point en particulier de la situation du cinéma français au Liban, à quelques heures de l’événement organisé en soirée pour marquer l’ouverture officielle de la salle Montaigne numérisée, en présence du réalisateur Régis Wargnier, qui présentera son dernier film Le temps des aveux, et de Frédérique Bredin, présidente du Centre national du cinéma.

2014 a été une excellente année pour le cinéma français au Liban, avec 235 000 entrées pour des films tels que Lucy (80 000), Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? (40 000), les Vacances du petit Nicolas (25 000), etc.
A plus tard !

Dernière modification : 07/04/2015

Haut de page