Inauguration de la représentation commerciale d’Accor au Liban - Hôtel Metropolitan Palace (27/06/2006)

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Vice-président pour le Moyen-Orient des ventes d’Accor,
Madame la Directrice Générale,
Cher Monsieur Samaha,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,

C’est avec un grand plaisir que j’ai accepté votre invitation pour cette manifestation à l’occasion de l’inauguration de la représentation commerciale du groupe Accor au Liban.

Au lendemain de votre visite, Monsieur le Ministre, à Paris, et de vos entretiens avec le Ministre français du tourisme, Monsieur Léon Bertrand, je veux y voir une convergence des stratégies suivies par les pouvoirs publics de nos deux pays et par le secteur privé. Un message d’engagement et de confiance pour le développement du tourisme au Liban.

Le Liban et la France devraient en effet, à la suite de votre visite à Paris, signer un premier accord de coopération dans le domaine du tourisme. Les services de votre ministère y travaillent en liaison avec ceux de l’ambassade de France et j’espère que cet accord pourra être signé dans les prochains mois, ici, à Beyrouth, par exemple à l’occasion d’une visite de Monsieur Léon Bertrand.

La France qui est la première destination touristique au monde par le nombre de touristes, 75 millions en 2005, possède en effet une expertise remarquable dans ce secteur économique, stratégique pour nous comme pour vous. Il est assez paradoxal qu’en dépit des coopérations déjà en place, aucun accord cadre structurant n’ait jamais encore été conclu entre nos deux pays. Cet oubli va être réparé et je m’en réjouis.

Le potentiel de développement du tourisme au Liban est en effet considérable et il serait dommage de ne pas profiter pleinement de cette opportunité et l’utiliser comme outil de développement durable au service de la croissance et de la réduction de la pauvreté.

Vous attendez, Monsieur le Ministre, 1,6 million de touristes cette année, ce qui constituera, si cette prévision se concrétise comme nous le souhaitons, une année record. Et je me réjouis tout particulièrement de ce que les Français avec 80 000 personnes se placent au premier rang de tous les pays européens.

Mais autour de nous, l’Egypte accueille 6 millions de touristes, la Jordanie et la Syrie, 3 millions chacun, Chypre, 2,3 millions, la Croatie qui compte comme le Liban 4 millions d’habitants et offre la mer et la montagne 8 millions de touristes par an. C’est dire si le potentiel de développement est considérable.

Le Liban a fait depuis la fin de la guerre civile des progrès considérables puisque le nombre de touristes était revenu en 1995 à 430 000. Il faut maintenant passer à la vitesse supérieure, diversifier l’offre, élargir le nombre de pays émetteurs.

Pour cela, nos deux pays vont coopérer dans le domaine de l’adaptation du cadre réglementaire de l’exercice des professions touristiques et plus généralement de l’écotourisme car il faut veiller à ce que l’activité touristique se développe sur l’ensemble du territoire, soit créatrice d’emplois en milieu rural et participe ainsi à une répartition juste des revenus.

Il faut aussi, Monsieur le Ministre, améliorer significativement l’environnement général indispensable au développement des activités touristiques en accentuant les efforts engagés en matière environnementale, je pense au traitement des eaux usés et des déchets solides, à la qualité de l’air, à la propreté du littoral, à la mise en valeur du patrimoine culturel. La France, avec le CDR, via ses protocoles financiers et l’Agence Française de développement y contribue activement. Enfin, comme dans tous domaines, le respect de l’état de droit est indispensable pour gagner et conserver la confiance des investisseurs.

C’est dans ce contexte, Monsieur le Vice-président, Madame la Directrice générale, cher Monsieur Samaha, que le groupe Accor vient renforcer sa présence au Liban et apporter sa pierre à l’édifice que je viens d’évoquer.

Le Groupe Accor est un acteur mondial du tourisme, des voyages et des services qui gère aujourd’hui plus de 4000 hôtels dans le monde, sur tous les segments de marché. C’est un des fleurons des entreprises de tourisme françaises dont j’ai accompagné la montée en puissance en Jordanie de 1998 à 2002 quand j’y étais Ambassadeur, le groupe investissant alors en privatisant des hôtels d’Etat, et intensifiant son implantation.

Le bureau de représentation que nous inaugurons aujourd’hui va permettre à votre groupe de renforcer les liens qui prévalent déjà entre ACCOR et ses clients libanais. Je sais que depuis son ouverture l’activité de ce bureau de réservation vous donne entière satisfaction.

J’espère que cette ouverture n’est qu’un premier pas pour une vraie montée en puissance d’Accor au Liban. Le groupe ACCOR était déjà présent au Liban avec le Sofitel Gabriel, près de la place Sassine, je forme le vœu qu’il augmente fortement sa présence sur le marché libanais.

Quoi de plus naturel que la présence de la France, au travers de ses entreprises de tourisme, devienne un jour à la hauteur de la relation privilégiée, politique, économique, culturelle, qui existe entre nos deux pays

Je suis sûr, Monsieur le Vice-président, que le Liban est prêt à vous accueillir les bras ouverts pour y développer vos activités et votre savoir-faire au service du développement de ce pays ami que nous voulons accompagner dans tous ses projets et où nous voulons rester toujours, au rang des premiers partenaires.

Je vous remercie de votre attention./.

Dernière modification : 17/01/2007

Haut de page