Exercice COALITION 2014

7 stagiaires du cours d’état-major de l’école Fouad Chehab de commandement et d’état-major ont participé à l’exercice COALITION 2014 à l’Ecole de guerre, à Paris, du 7 au 18 avril derniers.
2 semaines durant, les stagiaires libanais ont participé à la planification puis à la conduite d’une opération de grande ampleur en Europe.

COALITION est un exercice annuel de simulation à « double action » (se dit d’un exercice dans lequel les 2 camps sont joueurs et peuvent remporter la bataille) réalisé à Paris par l’Ecole de guerre. Il rassemble près de 600 participants militaires et civils, journalistes, humanitaires ou diplomates issus des grandes écoles ou des ministères français.
Cet exercice vise à renforcer les compétences des stagiaires de l’Ecole de guerre en matière de planification et conduite des opérations interarmées. Il permet aussi aux stagiaires du Centre d’enseignement diplomatique et stratégique (CEDS) de Genève de préparer ses auditeurs aux situations qu’ils seront amenés à rencontrer. Une école française de journalisme, l’institut supérieur des médias de Paris (ISCPA) assure la couverture médiatique de l’exercice. Les stagiaires sont ainsi plongés dans des conditions très proches de la réalité contemporaine des opérations multinationales.

COALITION oppose 2 camps fictifs en Europe, l’Alliance et la Confédération qui se disputent une portion de territoire riche en ressources énergétiques et peuplée de deux ethnies historiquement opposées. Chaque camp dispose de son propre état-major opératif ainsi que d’états-majors de « composantes » (air, marine, terre, gendarmerie et forces spéciales). Différents médias sont également simulés, favorables à l’un ou l’autre des camps ou neutres, ainsi que le monde diplomatique ou la « communauté internationale » avec des représentants de l’ONU.

L’exercice s’est achevé le 18 avril 2014 à 12h00. La Confédération semble avoir atteint ses objectifs stratégiques, sans pour autant avoir infligé de défaite militaire à l’Alliance, qui avait obtenu la supériorité du rapport des forces. Cette situation finale illustre la complexité des conflits modernes et prépare les futurs décideurs militaires à la « décision dans l’incertitude ».

Dernière modification : 24/08/2015

Haut de page