Escale au Liban de la mission Jeanne d’Arc 13 au 17 Mars 2012

©Marine nationale - QM1 Simon Ghesquière - JPEG

La Mission Jeanne d’Arc effectuera sa première escale au Liban, du 13 au 17 mars 2012, signe de l’attachement de la France à la coopération de défense avec le Liban.

Chaque année, des officiers élèves de l’Ecole navale et de l’Ecole du commissariat de la Marine française effectuent un déploiement en mer de longue durée, leur permettant de mettre en pratique les enseignements reçus, d’acquérir les compétences de chef militaire au contact de l’équipage et de se familiariser avec l’environnement opérationnel. Ayant appareillé de Toulon le 5 mars 2012, la Mission Jeanne d’Arc a effectué une première manœuvre amphibie au large des côtes corses. Après l’escale au Liban, la Mission Jeanne d’Arc rejoindra Djibouti et poursuivra son périple en Océan indien puis Atlantique.142 officiers élèves participent à la mission dont 17 officiers élèves étrangers, ils sont répartis à bord de deux bâtiments.

Le groupe Jeanne d’Arc se compose de deux bâtiments :
- le Dixmude, bâtiment de projection et de commandement, avec à son bord 280 membres d’équipage ;
- le Georges Leygues, frégate anti-sous-marine, avec à son bord 189 membres d’équipage.
De plus, une composante Terre est embarquée à bord du Dixmude, elle compte environ 250 militaires avec des hélicoptères et des véhicules.

Au terme de l’escale, le 17 mars, un exercice conjoint, Cèdre bleu, sera organisé avec les forces armées libanaises (FAL) dans la baie de Jounieh. Il s’agit d’un exercice amphibie dont l’intérêt majeur est d’être interarmées puisqu’il met en œuvre des moyens navals, terrestres et aériens. L’armée libanaise déploiera pour l’exercice une unité d’infanterie mécanisée, un groupe de commandos marine, un groupe du régiment aéromobile, cinq hélicoptères et sept navires. Cet exercice est le troisième du genre mené avec les FAL depuis 2009. La France accompagne ainsi les FAL dans leur développement opérationnel.

Le choix du Liban comme première escale de la Mission Jeanne d’Arc illustre la vitalité de la coopération de défense franco-libanaise. L’enveloppe de coopération de défense française au Liban atteint un montant annuel de plus d’1 million d’euros. Cette coopération repose sur les transferts de compétence et de savoir-faire. Les activités principales sont la formation de militaires libanais (170 stagiaires par an dans des domaines tels que le déminage, le combat en montagne ou en zone urbaine), la simulation opérationnelle et l’enseignement du français. Les priorités en 2012 sont le projet de création au Liban d’une école de déminage humanitaire à vocation régionale, la coopération dans le domaine hydrographique (établissement d’un partenariat entre le service hydrographique et océanographique de la Marine et son homologue libanais) et la coopération dans le domaine du combat en zone urbaine.

Dernière modification : 24/08/2015

Haut de page