Discours lors de la cérémonie de remise du label CELF au Collège Cadmous de Tyr - 30 janvier 2013

Père Fadi Elmir, Directeur du Collège Cadmous,
Mesdames et Messieurs les Responsables d’établissements,
Mesdames et Messieurs les Coordonateurs,
Mesdames et Messieurs les Professeurs,
Mesdames et Messieurs les Parents d’élève,
Chers d’élèves,
Chers amis,

Je suis particulièrement heureux d’être avec vous aujourd’hui à l’occasion de la cérémonie de remise du premier label CELF dans la région de Tyr. Je voudrais féliciter toute l’équipe du Collège Cadmous, qui s’est engagée avec enthousiasme, il y a plus d’un an, dans une remarquable politique de formation et de renforcement de la qualité de l’enseignement francophone.

Je suis également ravi de cette occasion de revenir à Tyr. J’y étais venu en mai dernier, quelques jours après mon arrivée en poste au Liban. Cette région est chargée d’histoire. Les hommes y ont vécu depuis cinq millénaires. Et cette région, à qui l’humanité doit tant de trésors, comme l’alphabet ou l’architecture phénicienne, continue de miser sur l’éducation et de se tourner vers l’avenir, symbolisé par la jeunesse.

Lieu de transmission d’un patrimoine commun, d’une conscience partagée de la solidarité, l’école est aussi le lieu privilégié de formation du citoyen, de l’émancipation de l’individu, par l’apprentissage de la liberté et de la responsabilité. Le projet d’établissement du Collège Cadmous illustre parfaitement ce rôle fondamental de l’éducation, en se concentrant sur la « citoyenneté exemplaire », le « respect des droits de l’Homme », « la liberté et le dialogue », « le bien commun », l’« éducation interculturelle » ou encore « la solidarité » et « la créativité ». C’est donc un lieu d’éveil à la participation citoyenne à la vie de la cité, cette éducation civique essentielle pour la vie future de ses enfants. Elle implique l’apprentissage du dialogue, le respect de l’autre, la capacité d’écouter, afin de favoriser la recherche de solutions, toujours préférable à l’affrontement. Je sais que vous êtes pénétrés de ces valeurs.

Cette cérémonie est également l’occasion de fêter la langue française. En proposant un enseignement francophone, vous permettez à vos élèves de s’exprimer dans une langue qui unit 220 millions de francophones dans le monde et qui sera parlée par 700 millions de personnes dans le monde en 2050. Une langue de culture, source de valeurs et de partage, mais aussi une langue de communication, professionnelle, scientifique, une langue officielle à l’ONU, à la Commission européenne ou aux Jeux olympiques, apparaissant en troisième position par le nombre de pages sur Internet et offrant de belles perspectives éducatives, économiques et créatives.

Mais au-delà de la langue française, vous offrez à vos élèves une éducation plurilingue. Le plurilinguisme est, vous le savez, au cœur de la politique linguistique et éducative de l’ambassade de France au Liban. Avec l’ensemble de nos partenaires (ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Centre de recherche et de développement pédagogiques, bureaux pédagogiques, universités et écoles privées), nous travaillons à la valorisation du plurilinguisme au Liban : arabe classique, arabe libanais, français, anglais, arménien, espagnol et toutes les autres langues pratiquées au Liban et par les Libanais expatriés aux quatre coins de la planète. Les langues ne sont pas concurrentes, elles sont complémentaires. Ce pluralisme linguistique est au centre du projet du Collège Cadmous et je vous en félicite. Depuis près de 50 ans, vous offrez à vos élèves la possibilité d’appréhender le monde selon différentes visions dans une démarche plurielle, vous favorisez la diversité culturelle et vous augmentez les chances de la jeunesse du Tyr de s’insérer dans un monde en pleine mutation, notamment sous l’influence des pays émergents, qui favorise cette diversité. « On est autant de fois un homme qu’on parle de langues. », observait déjà au XVI e siècle, l’empereur Charles Quint.

C’est pour renforcer la place de la langue française dans ce riche contexte plurilingue libanais, mais aussi la coopération et les échanges entre nos deux pays que les services de l’ambassade, en particulier l’Institut français du Liban, soutiennent de nombreuses actions au Sud-Liban : travail avec les municipalités, soutien à des associations et ONG, organisation d’événements culturels, coopération universitaire, valorisation du patrimoine et développement urbain avec l’Agence Française de Développement, relations économiques, actions civilo-militaires avec la FINUL. La coopération franco-libanaise est très active à Tyr et dans la région. Je m’en réjouis.

Dans le secteur linguistique et éducatif, votre établissement est, cher Père Fadi Elmir, grâce à votre dynamisme et à celui de l’ensemble de votre équipe pédagogique et administrative, un excellent exemple des projets de coopération libano – français. Participation au Concours « Dis-moi dix mots », Prix du jeune écrivain de langue française, Festival du conte, ateliers artistiques, séances de cinéma, rallye mathématique, diplômes DELF junior, séminaires didactiques et naturellement formations linguistiques et pédagogiques, le Collège Cadmous est un acteur de tous ces projets ! C’est aussi grâce à cette dynamique que vous recevez aujourd’hui le label CELF.

Au cœur de la démarche qualité des établissements scolaires, ce label vise à renforcer la francophonie scolaire, à promouvoir l’enseignement d’un français en action, à moderniser les pratiques pédagogiques, à rendre les élèves acteurs de leur apprentissage, à augmenter leur motivation et leurs résultats scolaires. Obtenir ce label est impossible sans l’engagement de la direction de l’école et sans les efforts, et même les sacrifices, des enseignants.

Père Fadi Elmir, chers enseignants, je sais que le chemin a été long, mais vous vous êtes engagés avec persévérance – à l’image du héros mythologique Cadmous, parti à travers la Méditerranée pour retrouver sa sœur Europe enlevée par Zeus - et vous avez brillamment atteint votre objectif. L’équipe de l’Institut français de Tyr, Mme Laeticia Barbe, directrice régionale, Mme Aida Ajami Ezzedine, qui la seconde efficacement dans votre ville, et Mme Nour Ezzedine, formatrice, m’ont dit combien que tous les professeurs du Collège Cadmous ont suivi avec un sérieux les formations et combien ils font preuve d’une belle efficacité pédagogique. Je sais que vous souhaitez poursuivre votre travail avec l’Institut français du Liban avec l’introduction du DELF junior dans vos classes et la mise en place d’un suivi pédagogique. Permettez-moi de saluer cet engagement pédagogique. Vous l’avez compris, le Label CELF constitue une étape importante dans la vie de votre établissement mais il n’est pas une fin en soi. Vous ne cessez de vous remettre en question afin de continuer à proposer le meilleur à vos élèves.

L’heure est maintenant aux félicitations méritées. Félicitations à la direction de votre collège, Père Fadi Elmir, félicitations à tous les enseignants ayant obtenu le diplôme DELF, félicitations à tous les personnels de l’école. Mon père, chers professeurs, mesdames et messieurs, chers élèves, j’ai l’honneur de décerner au Collège Cadmous le label CELF. Bravo à tous !

Dernière modification : 27/06/2013

Haut de page