Discours de l’Ambassadeur Patrice PAOLI, lors de la cérémonie d’ouverture des 5èmes « Rencontres des cadres dirigeants de la fonction publique libanaise ", le jeudi 13 mars 2014 18H30 à la Résidence des Pins

Excellences, Messieurs les Ministres,
Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Messieurs les Directeurs généraux,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

C’est pour moi un grand plaisir de vous accueillir à la Résidence des pins, à l’occasion de l’ouverture officielle des cinquièmes Rencontres des cadres dirigeants de la Fonction publique.

Ce rendez-vous, devenu presque rituel chaque année au mois de mars, n’en garde pas moins à mes yeux toute son importance. Sous l’égide de l’Institut des finances Basil Fuleihan, dont je voudrais saluer la directrice et amie Lamia Moubayed, et avec le fidèle concours de l’Ecole nationale d’administration, dont je voudrais remercier le directeur des relations internationales et ami, M. Pierre Thénard, ces rencontres sont une occasion privilégiée d’échanges d’expériences, de confrontation d’idées et de points de vue, un moment de formation également, qui permet à la haute fonction publique libanaise de relever les immenses défis qui sont les siens.

La modernisation de l’Etat passe par la formation de ses agents. C’est une conviction forte pour Mme Moubayed, conviction sur laquelle l’Institut des finances a construit sa stratégie ; c’est une conviction que je partage également.

_ Mais la formation, c’est une évidence, ne peut pas s’adresser seulement à l’élite de l’administration, à la pointe extrême de la pyramide, elle doit aussi toucher l’encadrement intermédiaire, que l’on a eu trop longtemps tendance à oublier. Or c’est un niveau essentiel : la chaîne administrative vaut, comme toute chaîne, par l’ensemble des maillons qui la composent et qui forment un ensemble solidaire.Cette hiérarchie intermédiaire est du reste le vivier où se recrutent les futurs directeurs généraux.

Cette question est donc primordiale pour refonder au Liban une administration efficace. Ce sujet commence à mobiliser la réflexion des décideurs à très haut niveau, et l’on ne peut que s’en réjouir. Des initiatives sont déjà prises, et je voudrais saluer l’une des plus prometteuses, celle que vient de prendre, il y a quelques mois, l’Institut Basil Fuleihan, qui consiste à rassembler au sein d’un même réseau les principaux organismes de formation des agents publics. Ce réseau doit encore se structurer, mais l’Institut des finances, qui coordonne le réseau régional GIFT-MENA (réseau des grandes écoles de la fonction publique – acronyme anglais), a tout le savoir-faire qu’il faut en ce domaine.

Si ce projet aboutit, et je suis très confiant quant à son succès, nous sommes prêts à lui apporter notre appui. Un tel réseau aurait en effet la dimension suffisante pour repenser globalement la question de la formation, de ses enjeux et de ses méthodes. La Direction générale de l’administration et de la fonction publique, qui était en déplacement au Liban au mois de décembre, et qui vous a rencontrée, vous a déjà fait, Mme la Directrice, des offres de services. Le cadre de son intervention, et de celle, éventuelle, d’autres organismes comme par exemple le Centre national de la fonction publique territoriale, pourrait faire l’objet d’un protocole d’accord ministériel (en termes techniques, d’un arrangement administratif), à l’occasion de la visite à Beyrouth en avril de Mme Marilyse Lebranchu, ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique. Nous travaillons déjà sur ces bases, en relation avec M. le ministre de la réforme administrative, M.Nabil de Freige, avec lequel nous avons abordé hier toutes ces questions.

Vous le voyez, le Liban continue de parier sur l’avenir et de construire des projets d’envergure. Nous sommes très heureux et très fiers de l’accompagner dans cette voie.

Avant de conclure, je voudrais féliciter tous les organisateurs et animateurs de ces Rencontres, et saluer l’ensemble des participants, ceux des promotions antérieures que je revois avec plaisir, et ceux de la promotion 2014, à qui je souhaite de retirer de ces rencontres tout le profit qu’ils en attendent, pour le plus grand bénéfice des administrations qu’ils servent.

Bonne soirée à tous. Je vous remercie.

Dernière modification : 17/03/2014

Haut de page