Discours de l’Ambassadeur M. André PARANT à l’occasion de la signature du protocole entre les Municipalités de Rueil Malmaison et de Zouk Mikael

JPEG

Cher Maître Nouhad Nauphal,
Monsieur le Président Ollier,
Mesdames et Messieurs les élus de Zouk Mikael et de Rueil-Malmaison,
Chers amis français et libanais,

Je souhaite tout d’abord vous dire, Monsieur le Maire de Zouk Mikael, le plaisir que j’éprouve à vous rendre visite dans votre ville, aux destinées de laquelle vous présidez depuis plus de trente ans avec un enthousiasme et un dynamisme qui forcent le respect. Vous et votre conseil Municipal témoignez, par votre action dans de nombreux domaines, d’un engagement au service de vos concitoyens qui fait honneur à la démocratie locale libanaise.

Je tiens naturellement aussi à saluer le Président Ollier et la délégation qui l’accompagne.

L’Ambassadeur que je suis ne peut qu’être intensément satisfait de partager avec vous tous, à l’occasion de la signature d’un protocole de coopération entre les municipalités de Rueil-Malmaison et de Zouk Mikael, un moment privilégié d’amitié franco-libanaise.

Un adage couramment répandu veut que les mariages les plus heureux soient ceux qui ont été précédés des fiançailles les plus longues. Si l’adage est vrai, alors le mariage –ou plutôt le jumelage- auquel nous assistons aujourd’hui promet d’être particulièrement harmonieux, durable et fructueux.

Il vient couronner, en effet, une longue liaison entre vos deux villes. Nouée au début des années 70, entretenue ensuite sans relâche par Maître Nauphal et par Monsieur Jacques Baumel, puis par Maître Nauphal et par vous-même, Monsieur le Président Ollier, la relation d’amitié entre Rueil-Malmaison et Zouk Mikael s’est progressivement renforcée, jusqu’à déboucher sur un véritable partenariat que le protocole que vous vous apprêtez à signer a précisément pour objet de consacrer.

J’ai parlé de couronnement, et c’en est effectivement un. Mais ce protocole va aussi donner un souffle nouveau à vos échanges. Il va ouvrir de nouvelles perspectives à la coopération entre vous, notamment dans le domaine de la politique culturelle et du soutien à la lecture publique, en prenant appui sur cette magnifique Maison des Jeunes et de la Culture que nous aurons la joie de voir inaugurée tout à l’heure.

Je voudrais saisir l’occasion heureuse qui nous réunit aujourd’hui pour évoquer la vitalité tout à fait remarquable de ce qu’il est convenu d’appeler la coopération décentralisée entre la France et le Liban, c’est à dire la coopération entre collectivités territoriales de nos deux pays.

Les débuts de ce mouvement remontent à 1991. C’est au lendemain de la guerre civile, en effet, que mûes par un sentiment naturel de solidarité, les collectivités territoriales françaises se sont massivement investies en faveur de la reconstruction du pays et du soutien aux populations libanaises. Je note que le même élan de solidarité s’est d’ailleurs à nouveau manifesté au sortir de la guerre de l’été 2006.

Quoi qu’il en soit, les choses, dans ce domaine, n’ont cessé de prendre de l’ampleur, et l’on dénombre aujourd’hui, entre collectivités territoriales de nos deux pays, pas moins d’une cinquantaine de partenariats, qui se traduisent par un grand nombre de projets dans des domaines aussi variés l’eau et l’assainissement, l’aménagement urbain et les transports publics, les parcs régionaux, ou encore - comme c’est le cas pour vos deux villes-, la politique culturelle et la lecture publique.

J’ai toujours été, je le dis, un fervent adepte de la coopération décentralisée. C’est en effet là, au plus prés du terrain, que se nouent des relations vraies, authentiques, durables entre ressortissants de nos deux pays. C’est surtout là, au plus près du terrain, que l’on peut le mieux appréhender les besoins quotidiens des populations et y apporter, de manière concrète, grâce à une expertise de qualité rapidement mobilisable, les solutions les plus adaptées.

C’est en ayant à l’esprit tous les avantages de cette forme de coopération que l’Etat –en l’occurrence le Ministère des Affaires Etrangères- s’est attaché, depuis un certain nombre d’années déjà, à encourager et à soutenir les initiatives prises dans ce domaines par les communes, les départements ou les régions français. Il le fait notamment en complétant, dans beaucoup de cas, sur la base d’un appel à projet lancé chaque année, les moyens financiers engagés par les collectivités territoriales françaises au bénéfice de collectivités d’autres pays.

Je sais d’ailleurs que la Ville de Rueil-Malmaison a présenté cette année dans ce cadre, pour accompagner la mise en œuvre du protocole de coopération avec Zouk Mikael, une demande de co-financement au Ministère des affaires Etrangères. Bien entendu, Messieurs les Maires, l’Ambassade de France soutient sans réserve cette requête et attend avec impatience le résultat de l’appel à projets en cours.

De la même manière, je tiens à vous assurer que vous pouvez, s’agissant de la mise en œuvre de votre projet de partenariat culturel, compter sur la collaboration pleine et entière du Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, lequel a engagé –à la demande Ministère libanais de la Culture, et en appui à son action– un important programme en faveur du développement de la lecture publique et des bibliothèques municipales, programme qui vise plus particulièrement les jeunes et concerne l’ensemble du territoire libanais.

Pour conclure, je voudrais souhaiter une pleine réussite à la mise en œuvre du protocole de coopération que vous vous apprêtez à signer.

Je forme le vœu qu’il soit, pour Zouk Mikael et pour Rueil-Malmaison, l’occasion de nouer des relations encore plus étroites et fraternelles, associant concrètement l’ensemble des acteurs de la vie locale.

Je forme aussi le vœu qu’il porte témoignage des liens si anciens et si intenses qui existent entre le Liban et la France. Des liens uniques, fondés sur notre attachement un certain nombre de valeurs qui nous sont communes, mais fondés aussi sur le partage de cette langue française que nous aimons tant, les uns et les autres, et qui est au cœur de notre relation privilégiée.

Je vous remercie

Dernière modification : 24/06/2011

Haut de page