Discours de M. Patrice PAOLI, Ambassadeur de France à l’occasion de la cérémonie de lancement du projet DAMAN 2 « Appui aux coopératives oléicoles dans le Sud Liban » - Coopérative de Borj Qalaway, (lundi 17 février 2014)

Monsieur le Conseiller du Ministre de l’Agriculture,
Colonel Mizon,
Monsieur le Président de la Municipalité de Borj Qalaway,
Messieurs les Représentants des Municipalités,
Monsieur le Président de la Coopérative de Borj Qalaway,
Messieurs les Représentants des Coopératives de Srifa, Houlla, Froun, Qaounine et Rshaf,
Monsieur le Président de l’Association pour le Développement Rural (ADR),
Monsieur le Responsable d’Agriate,
Monsieur le Directeur de l’AFD,
Mesdames et Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que je prends part aujourd’hui, dans la coopérative de Borj Qalaway, à la cérémonie de lancement du projet DAMAN 2. Je suis d’autant plus honoré que j’ai eu l’occasion, sur le terrain et dans plusieurs régions libanaises, d’apprécier l’enjeu majeur que représente le développement de l’agriculture familiale en général, et de l’activité oléicole en particulier. Je n’ai pas voulu reporter cette visite car le projet dont nous saluons aujourd’hui le lancement est important. Je me réjouis de la formation du nouveau gouvernement libanais et du fait qu’il soit un gouvernement d’entente. C’est un progrès majeur qui permettra à bien d’autres projets, je l’espère, de voir le jour et de développer nos relations dans le domaine de l’agriculture.

En effet, l’agriculture au Liban est un secteur à deux vitesses, partagé, d’une part, entre une agriculture moderne, orientée vers les marchés extérieurs et organisée autour de quelques filières exportatrices et, d’autre part, une agriculture traditionnelle, occupant près des trois-quarts de la surface agricole et dominée par des exploitations de petite taille.

Marqué par de faibles moyens de production, de transformation et de commercialisation, ainsi qu’une coordination souvent insuffisante au niveau des coopératives et des interprofessions, ce deuxième segment auquel se rattache la filière oléicole constitue à mon sens un formidable levier de croissance et d’amélioration des conditions de vie des populations rurales. Plus de la moitié des exploitations agricoles libanaises cultivent l’olivier, généralement à titre d’activité secondaire. Dans le Sud Liban, ce ratio atteint même 70 à 80%.

L’activité oléicole doit toutefois faire face à de nombreuses difficultés qui affectent négativement le niveau de production et de qualité de l’huile, parmi lesquelles notamment le morcellement des parcelles, l’émigration des jeunes actifs, le manque de programmes de vulgarisation et de conseil agricole et le nombre insuffisant de presses modernes.

Je me réjouis donc de la démarche engagée dans le cadre du projet DAMAN 1 depuis 2008, à l’initiative du contingent français de la FINUL et je salue le lancement de la deuxième phase du projet avec le soutien renouvelé de l’Agence française de développement à hauteur de 500 000 euros en subvention :

1. L’huile d’olive est une des principales productions agricoles du Sud Liban et c’est une ressource essentielle pour les habitants de cette région. Le projet contribuera à augmenter le revenu des populations qui ont souffert d’une destruction importante d’oliviers et renforcera les capacités de production des six coopératives de Borj Qalaway, Srifa, Houlla, Froun, Qaounine et Rshaf.

2. Le projet DAMAN 2 s’inscrit pleinement dans la stratégie sectorielle de votre Département Ministériel, Monsieur le Conseiller, au travers de la promotion de la vulgarisation agricole, de l’encouragement des agriculteurs à adopter les meilleurs standards et à labelliser leur production, et de l’amélioration de la productivité de la filière oléicole.

3. Ce projet apporte des réponses appropriées aux besoins des exploitations agricoles. Avec l’appui de l’Association pour le Développement Rural (ADR) et la société française de conseil en développement agricole Agriate, toutes deux très expérimentées et disposant d’un savoir-faire éprouvé dans ce type d’accompagnement, DAMAN 2 permettra en effet :

(i) de proposer des programmes de formation et de conseil technique pour améliorer les pratiques agricoles et la gestion des moulins, comme nous venons de le voir dans le verger pilote et ici-même dans cette coopérative,

(ii) de favoriser le développement des performances des coopératives à travers la modernisation des outils de production grâce la fourniture d’équipements adaptés,

(iii) de renforcer la gouvernance et les capacités de gestion administrative et financière des coopératives,

(iv) de soutenir le développement de circuits économiques rentables.

Cette contribution du gouvernement français, à travers la subvention de l’AFD, s’inscrit dans le cadre de l’effort de notre pays en faveur du développement du Liban. La France marque ainsi sa solidarité à l’égard d’une région durement touchée par la guerre de 2006, dans les villages où les casques bleus français contribuent concrètement et au quotidien, à agir pour préserver la paix et protéger les habitants de cette région.

Je saisis cette occasion pour souligner ici le remarquable travail conduit auprès des populations du Sud Liban par le contingent français et la FINUL, qui développent une relation de proximité, d’amitié et de confiance au niveau local.

Pour terminer, je voudrais vous redire combien je me félicite de cette coopération entre les acteurs français et libanais de ce projet, autour de l’olivier, trait d’union des deux rives de la Méditerranée et symbole de paix. Elle est, à mon sens, emblématique de la solidité des liens d’amitié et de solidarité entre nos deux pays.

Je vous remercie.

Dernière modification : 19/02/2014

Haut de page