Discours à l’occasion du lancement du mois de la Francophonie (27/2/2013)

Monsieur le ministre, cher Gaby Layoun,‎
Excellences, ‎
Mesdames et Messieurs, ‎
Chers Amis,‎

Au commencement, il y eut la journée de la francophonie. ‎Les francophones virent que cela était bon. Mais une journée, si réussie soit-elle, ‎c’est peu.‎
Les francophones décidèrent alors de passer à la semaine de la francophonie. Ils ‎virent que cela était meilleur. Mais une semaine, ce n’est finalement que sept jours.‎
Ils décidèrent alors de faire les choses en grand et ce fut le mois de la francophonie. ‎Ils virent que cela était encore meilleur. Pouvait-on en rester là ?‎

Cette année, c’est en fait un printemps francophone – et peut-on rêver plus belle ‎journée pour l’annoncer ?- qui s’ouvre dans tous nos instituts du Liban sous le ‎signe de la jeunesse, de la créativité et de l’inédit : une fête de la langue française et ‎de la culture francophone, tous les jours durant le mois de mars, en partenariat ‎avec le ministère de la culture, l’Agence universitaire de la francophonie et ‎l’ensemble des ambassades francophones : francophones de tous les pays, unissez-‎vous ! Je voudrais saluer ici tous mes collègues ambassadeurs des pays ‎francophones et, bien sûr, le ministre de la culture, pour cette action collective que ‎nous présentons aujourd’hui. La francophonie, partie intégrante de l’identité ‎libanaise, doit en effet être pleinement appropriée par toutes les parties ‎concernées au Liban et, dans cet esprit, je me réjouis de l’engagement du ministre ‎Gaby Layoun et de son ministère.‎

(en arabe) Je voudrais redire ici que le mois de la francophonie n’est pas ‎l’expression de la volonté de défendre une langue, mais plutôt la diversité ‎linguistique, dans un pays où le pluralisme linguistique est une réalité et un atout. ‎Défendre une langue, c’est défendre toutes les langues. La politique de l’ambassade ‎de France et de l’Institut français est de défendre sans relâche cette vision ouverte ‎de plurilinguisme (fin du passage en arabe). ‎

Cette nouvelle édition, intitulée « Rêvons la francophonie », est une invitation à ‎célébrer la francophonie dans tous ses états.‎
‎ ‎

1/ A Beyrouth, nous organisons des activités pluridisciplinaires plus nombreuses et ‎résolument tournée vers la jeunesse et un public familial : du théâtre, des ‎expositions, des formes pluridisciplinaires, des ateliers pour les enfants animés par ‎des graffeurs, des chorégraphes danseurs, des comédiens, et des écrivains.‎

Le mois de la francophonie sera lancé le vendredi 1er mars à l’Espace des Lettres ‎avec une journée portes-ouvertes où le grand public pourra découvrir l’ensemble ‎de nos activités de cours, de certifications, la médiathèque et nos projets de ‎coopération. Le Mois de la francophonie sera inauguré officiellement le 1er mars à ‎‎18H30 avec les expositions des œuvres de deux artistes, l’un français, le graffeur ‎Tanc, l’autre libanais, le peintre Willy Aractingi et pour une soirée littéraire et ‎musicale avec l’actrice Carole Bouquet.‎

Plusieurs événements se succéderont tout au long du mois, avec du théâtre « Les ‎Pâtissières » de Jean-Marie Piemme, mis en scène par Nabil El Azan au Théâtre ‎Tournesol, un spectacle jeune public avec les « amis des marionnettes », une ‎création de Zad Moultaka au festival Al Bustan, le festival du conte au Théâtre ‎Monnot, de la musique, avec le concert de Karim Gharbi organisé en partenariat ‎avec l’Ambassade de Belgique, une performance de Sandra Iché à Ahskal Alwan, et ‎enfin deux soirées de clôture festives et inoubliables avec des artistes du festival ‎‎« La Voix est libre » : danseurs, musiciens, chanteurs, acrobates et libres-penseurs, ‎les 22 et 23 mars au théâtre Montaigne.‎

Devant le succès rencontré par nos ateliers pour le jeune public, nous proposons, ‎sur 3 semaines, aux écoles publiques et privées, pour les enfants de 4 ans à 15 ‎ans des ateliers d’initiation à l’art du graff, de l’écriture, de la danse, des arts ‎plastiques et du théâtre, mais ouverts aussi à tous les enfants, avec, et pour la ‎première fois, des ateliers autour du goût, animés par la pédiatre Noha Baz.‎

Le réseau des écoles francophones organisera, le 15 mars, le concours ‎‎« Ambassadeurs en Herbe » afin de favoriser l’apprentissage du débat public, la ‎formation citoyenne et la défense des valeurs d’égalité dans les écoles.‎

2/ La Francophonie sera également à l’honneur dans tous les Instituts ‎Français en région à Tripoli, Saida, Zahlé, Deir el Qamar, Jounieh, où le mois de ‎mars sera là aussi consacré amplement à la culture francophone avec des ‎expositions, des spectacles, des ateliers artistiques, des conférences et des ‎projections de films.‎

A Tyr, le concours des « 10 mots » organisé en partenariat avec la Finul, se tiendra ‎pour la 3ème année consécutive. Dans la Bekaa, la 2ème édition du Concours de la ‎Chanson Francophone sera ouverte le 20 mars. ‎

Je voudrais rendre hommage ici, à deux jours du Forum sur la nouvelle femme ‎arabe, à toutes ces femmes qui animent notre réseau à travers tout le Liban, avec ‎compétence et talent (même s’il n’y a pas que des femmes dans ce réseau !).‎

Je tiens à remercier une nouvelle fois le ministre de la culture, Monsieur Gaby ‎Layoun, d’avoir pris l’initiative de cette conférence de presse ; je tiens également à ‎remercier tous nos partenaires, notamment, la Société Générale de Banque au ‎Liban et Liban Lait, l’Orient le Jour et la MTV pour le soutien qu’ils apportent à ‎notre programme.‎

Je vous remercie.

Dernière modification : 27/06/2013

Haut de page