Déjeuner Légion d’Honneur-Anciens combattants - Jounieh (4/02/2006)

Monsieur le Ministre, Cher Michel Eddé,
Madame le Sénateur, Chère Christiane Kammermann,
Monsieur le Général représentant la Société d’Entraide des _ Membres de la Légion d’Honneur,
Messieurs les Présidents d’Associations,
Messieurs les Anciens Combattants,
Mesdames, Messieurs,

J’ai souhaité, par l’intermédiaire de M. Joël Godeau, Consul Général de France, vous adresser ce message à l’occasion du déjeuner organisé ce samedi 4 février par la Société d’Entraide des Membres de la Légion d’Honneur, section Liban, et l’Amicale des Anciens Combattants.

C’est avec regret que je ne peux être à vos côtés aujourd’hui pour cet événement que j’ai naturellement placé sous mon patronage et auquel j’accorde la plus grande importance.

Je me trouve aujourd’hui à Paris, aux côtés de M. Jacques Chirac, Président de la République, à l’occasion d’une cérémonie de frappe d’une médaille à la mémoire de l’ancien Président du Conseil des Ministres, M. Rafic Hariri. Il s’agit-là, presque un an après l’assassinat de l’ancien Président du Conseil des Ministres du Liban, d’un hommage rendu par la France à la mémoire de l’ancien chef de gouvernement de votre pays.

Mais je souhaitais aujourd’hui vous dire combien je me sentais de tout cœur parmi vous pour ce déjeuner qui nous permet de cimenter la solidarité entre nos deux pays et de rappeler combien la France et le Liban sont unis par des liens historiques uniques, mais aussi par les liens du sang.

Je rends hommage à toutes les personnalités présentes et notamment celles décorées de la Légion d’Honneur, notre plus haute distinction nationale. Je les remercie de ces liens qu’ils ne cessent de développer avec la France et de la solidarité dont ils font preuve avec les plus démunis.

Hamlaoui Mekachera, Ministre délégué aux Anciens Combattants, nous rappelle en ce début d’année et en évoquant les poilus de 1914, cette très belle devise de reconnaissance pour les Anciens Combattants : « reconnaître, se souvenir, transmettre ». Ce bel appel évoque en moi tous ceux, anciens combattants français, libanais et franco-libanais qui sont tombés ou ont été blessés au service de la France.

C’est aujourd’hui un message de reconnaissance, de solidarité et de respect que je souhaite leur transmettre.

En vous souhaitant une très belle journée et un moment de convivialité, de solidarité, d’unité et de réaffirmation de ces relations uniques entre le Liban et la France, je vous adresse mes bien cordiales, fidèles et affectueuses amitiés./.

(Discours lu par M. Joël Godeau, Consul général de France)

Dernière modification : 22/01/2007

Haut de page