Déclaration du porte-parole, point de presse du 30 novembre 2007

(Est-ce que le ministre M. Kouchner suit les derniers développements à Beyrouth concernant l’élection ou la possible élection du général Sleimane ?)

Oui, bien sûr. Nous constatons que les discussions se poursuivent, nous constatons que les Libanais ont décidé de se donner encore un peu de temps et nous sommes heureux de voir encore une fois que toutes les parties semblent déterminées à aider au dégagement d’un accord qui permettra l’élection d’un président de large rassemblement.

(Comme vous l’aurez constaté, il y a une évolution importante et positive de la situation au Liban, avec certains revirements non moins importants. Est-ce que si nécessaire, M. Kouchner pourrait se rendre encore une fois au chevet du Liban car on parle à Beyrouth d’un coup de pouce français nécessaire pour des questions de procédure pour l’amendement de la Constitution et autres détails ?)

Dans la mesure où son emploi du temps le lui permet, M. Kouchner est toujours prêt à se rendre au Liban si c’est utile pour aider au dégagement d’une solution qui permettra l’élection d’un président libanais.

(Est-ce que sur le principe, vous trouvez quelque chose à dire si l’élection du nouveau président passait par une modification de la Constitution ?)

C’est aux Libanais de trouver la solution. S’il faut une modification de la Constitution, c’est aux Libanais de le décider. Nous, et là je parle du côté français, nous sommes là pour encourager tout ce qui peut aider au dégagement d’une solution.

Dernière modification : 03/12/2007

Haut de page