Déclaration du porte-parole, point de presse du 18 octobre 2007

(Pour revenir sur le programme du ministre au Liban, qui va t-il voir exactement à Beyrouth ?)

Il devrait voir l’ensemble des représentants des forces politiques, M. Nabih Berri, M. Fouad Siniora, le Patriarche Mgr Sfeir, et les autres lors d’une réunion à l’ambassade. Vous retrouvez là le format de l’initiative de la Celle Saint-Cloud.

(Avez vous la liste ?)

Non.

(Se rendra t-il à la FINUL ?)

Il devrait visiter la FINUL le matin et participer aux rencontres l’après midi.

(Est-ce qu’il va voir les responsables libanais avec les deux autres ministres des Affaires étrangères à l’ambassade ou dans un autre lieu ?)

Les trois ministres rencontreront M. Nabih Berri, M. Fouad Siniora puis Mgr Sfeir, en dehors de l’ambassade. Ils rencontreront ensuite les autres à l’ambassade de France.

(Toutes les réunions se passeront à trois donc ?)

Tout à fait. Les rencontres se font à trois et les ministres visiteront également tous les trois la FINUL.

(Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ? Il y avait une initiative comme quoi les ministres arabes des Affaires étrangères égyptien, saoudien et le secrétaire général de la ligue arabe devaient partir aussi au Liban et donc participer aux rencontres à 6 et non pas à trois. Pourquoi cela n’a pas marché ?)

Je ne suis pas au courant de ce projet. Je vous ai rendu compte du seul projet que nous connaissons et qui est celui des trois ministres. Ils l’avaient évoqué au moment de l’Assemblée générale des Nations unies. Je n’ai pas entendu parler du projet à six auquel vous vous référez. L’objectif était de faire une visite à la FINUL dont je vous rappelle que nos trois pays sont les principaux contributeurs. L’idée était aussi de prendre des contacts à la veille de l’échéance du 23 octobre pour aider tout ce qui peut faciliter le dialogue entre les différentes forces politiques libanaises.

(Et il n’y a pas de nouvelles données qui puissent faciliter cela ?)

Nous verrons là-bas. Ce qui est positif, c’est que ce dialogue va avoir lieu. C’est un signe politique important, et pour les Libanais et pour les Européens, d’avoir ces rencontres-là, à ce moment-là, avant que le Parlement ne se réunisse le 23 octobre.

Dernière modification : 20/10/2007

Haut de page