Déclaration du porte-parole, point de presse du 21 septembre 2007

(Les députés de la majorité libanaise ont demandé hier après l’attentat que leur sécurité soit assurée par des forces internationales. Est-ce que vous êtes d’accord avec cette idée ? Quelle est votre position ?)

Je dois avouer que je n’ai pas vu cette demande. Nous n’avons vu aucune dépêche, aucun rapport faisant état de cette demande.

(Est-ce que M. Cousseran compte retourner au Liban, suite à l’assassinat du député Ghanem ?)

Sur la mission de M. Cousseran : celui-ci reste évidemment actif dans le rôle d’émissaire personnel qui lui a été confié par le ministre. Vous savez que, dès avant-hier soir, il a téléphoné au nom du ministre à un certain nombre de dirigeants politiques libanais pour leur faire part de notre condamnation très ferme de cet attentat, leur faire part de notre émotion mais aussi de notre détermination à poursuivre la démarche que nous avons initiée en ce qui concerne le dialogue inter libanais. Le ministre a eu aussi l’occasion, depuis Washington, d’appeler les responsables libanais. C’est ainsi qu’il s’est entretenu par téléphone avec M. Fouad Siniora, M. Saad Hariri, M. Nabih Berri, l’ancien président Amine Gemayel et M. Walid Joumblatt./.

Dernière modification : 24/09/2007

Haut de page