Déclaration du porte-parole, point de presse du 13 août 2007.

(Est-ce que la France cherche à organiser une conférence internationale et régionale sur le Liban ? Est-ce que cette idée a été évoquée avec le président Bush et quelle était sa réaction ?)

Je vous ai indiqué la semaine dernière que la France entendait poursuivre ses efforts, à la suite de la rencontre de la Celle Saint-Cloud et de la visite du ministre à Beyrouth. Notre initiative s’inscrit dans ce processus continu qui vise à faire dialoguer les Libanais entre eux et à surmonter les blocages institutionnels.

Je n’ai pas connaissance de la proposition que vous mentionnez ou d’une proposition formalisée dans ce sens. La France appuie, par principe, tout ce qui peut concourir à une mobilisation de la communauté internationale en soutien du dialogue interlibanais.
S’agissant du contenu des conversations entre le président de la République et le président des Etats-unis, je vous invite à vous rapprocher de l’Elysée.

(Un quotidien à Beyrouth a rapporté que le président Sarkozy pourrait annoncer bientôt, à l’instar du président Bush, des sanctions contre toute personne ou entité qui porterait atteinte à la souveraineté du Liban. Une liste commune de ces personnes et entités pourrait même être annoncée simultanément par Paris et Washington. Pouvez vous confirmer ou infirmer ?)

Je n’ai pas connaissance d’un tel projet. Je vous invite, s’agissant de la rencontre de samedi, à interroger la présidence de la République.

(Est-ce que la France, à l’instar des USA, va établir une liste des sanctions contre toute personne ou entité qui porterait atteinte à la souveraineté du Liban ? Quels sont les critères ?)

Je vous renvoie à ma réponse précédente.

(Un grand flou entoure le déplacement du ministre au Liban, pouvez-vous aujourd’hui donner quelques précisions sur sa feuille de route et sur son agenda ?)

Je ne vois pas de quel "flou" vous parlez. Notre position est claire. Nous commenterons une éventuelle visite du ministre au Liban le moment venu. Pour le reste, comme je vous l’ai indiqué, nous poursuivons nos efforts et notre concertation, notamment par le biais de l’émissaire du ministre, l’ambassadeur Cousseran.

(Le ministre syrien, Walid Moallem, a affirmé vendredi que la Syrie appuie la tentative française visant à mettre fin à la crise qui paralyse le Liban depuis plus de neuf mois, parce que la position de la France est beaucoup plus impartiale que celle des Etats-Unis. Quel est votre commentaire ?)

Nous avons pris note de ces déclarations.

Dernière modification : 31/08/2007

Haut de page