Déclaration du porte-parole, point de presse du 18 juillet 2007

(Maintenant que M. Cousseran est à Damas, est-ce que cela signifie que les conditions posées à la reprise des contacts "à haut niveau", comme cela fut souvent annoncé, sont réunies et ont favorisé cette visite ?)

L’émissaire spécial du ministre, l’ambassadeur Jean-Claude Cousseran, est effectivement actuellement à Damas. Il ne s’agit pas d’un contact "à haut niveau".
Ce déplacement est apparu approprié au lendemain de la rencontre inter-libanaise de la Celle Saint-Cloud. Vous connaissez notre position et nos attentes s’agissant de la Syrie. Celles-ci portent d’abord sur le Liban et la nécessité pour la Syrie de mettre en oeuvre les résolutions internationales se rapportant à ce pays. Au moment où les représentants des forces politiques libanaises viennent de renouer à La Celle Saint-Cloud les fils du dialogue, une opportunité s’offre aux Libanais de progresser vers la résolution de la crise.

(Est-ce que le principe de cette visite a été discuté avec les participants libanais à la "réunion informelle de la Celle Saint-Cloud" ?)

Ce point n’a pas été évoqué lors des discussions de la Celle Saint-Cloud.

(Quelles étaient les réactions des parties libanaises ?)

Je vous renvoie à ma réponse précédente.

(Donc, on peut comprendre que Damas peut contribuer à la résolution de cette crise et que c’est dans ce but que l’ambassadeur Cousseran est là-bas ?)

Tous les Etats de la région doivent comprendre l’urgence de voir cesser la crise institutionnelle au Liban. Tous ont à y gagner, notamment la Syrie. C’est le sens de la démarche de M. Cousseran.

Dernière modification : 19/07/2007

Haut de page