Déclaration du porte-parole, point de presse du 13 juin 2007

La France exprime sa très vive émotion après la mort de deux secouristes volontaires de la Croix-Rouge libanaise à l’occasion des combats entre l’armée libanaise et le groupe islamiste du Fatah Al-Islam. Les tirs ayant provoqué cette tragédie sont inacceptables.
Nous rappelons qu’en vertu des Conventions de Genève, les attaques contre le personnel humanitaire par les parties à un conflit armé sont strictement prohibées. La France insiste sur l’importance de respecter les équipes médicales et de secours qui travaillent sur le terrain pour venir en aide aux victimes des combats dont la région est actuellement le théâtre.

Le personnel sanitaire et les travailleurs humanitaires doivent être autorisés à accomplir leur travail et doivent en particulier pouvoir accéder sans obstacle aux blessés.

Nous demandons à toutes les parties de respecter le droit international humanitaire, en particulier la résolution 1502 du Conseil de sécurité portant sur la protection du personnel humanitaire.
(Les journaux libanais parlent d’une visite d’un émissaire français à Téhéran et à Damas dans le courant du mois de juin et avant la réunion sur le Liban. Certaines sources citent le nom de M. Cousseran. Pouvez-vous nous confirmer ces visites de M. Cousseran ou d’un autre émissaire ?)

Si nous estimons nécessaire de présenter cette initiative dans d’autres pays, un déplacement de l’ambassadeur Cousseran pourrait être envisagé. Ainsi, l’ambassadeur Cousseran est actuellement au Maroc pour y rencontrer Saoud al-Faysal, ministre saoudien des Affaires étrangères, ainsi que des responsables marocains.

De manière plus générale, les entretiens menés par notre ambassade à Beyrouth et par M. Jean-Claude Cousseran en début de semaine au Liban avec des représentants des différents partis politiques et de la société civile ont permis de présenter le projet du ministre : une initiative informelle et simple qui n’a d’autre ambition que de contribuer à renouer les fils du dialogue entre les différents acteurs de la vie politique libanaise, à offrir un cadre et à créer une atmosphère favorable.

Ces entretiens ont permis d’affiner le format de la rencontre. Pour que l’exercice soit utile, un nombre réduit de participants est préférable. Aussi assisteront à cette rencontre des représentants désignés par les 14 chefs des blocs parlementaires, ainsi que quelques personnalités issues de la société civile. Le fil conducteur de la réunion sera un thème fédérateur, celui du renforcement de l’Etat libanais.

Dans un souci de transparence, nous tenons nos partenaires et les Etats de la région régulièrement informés du développement de ce projet.

Dernière modification : 14/06/2007

Haut de page