Déclaration du porte-parole, point de presse du 5 juin 2007

(Hier, vous avez dit que la France soutenait les efforts de l’armée libanaise pour étendre son autorité sur l’ensemble du territoire national. Après ce qui vient de se produire à Ain El Heloué et Nahr El-Bared, quelle forme concrète pourrait prendre ce soutien ?)
Le ministre s’est exprimé durant son voyage au Liban. En réalité, ce soutien peut prendre deux formes. D’une part, une forme politique : nous soutenons l’armée libanaise qui est l’armée qui agit au nom des autorités légitimes du Liban pour rétablir l’ordre et l’autorité de l’Etat, notamment dans ce camp de Nahr El-Bared. J’observe d’ailleurs que cette action est très largement soutenue, y compris par de nombreux pays arabes et par de nombreux Palestiniens.
Par ailleurs, comme nous l’avons indiqué, il y a aussi une forme de coopération militaire déjà assez ancienne avec l’armée libanaise. Récemment, en effet, nous avons eu un certain nombre de demandes faites par les autorités libanaises, auxquelles nous avons décidé de donner suite, essentiellement pour la fourniture de munitions et d’équipements légers.

(Est-ce que ça continue ?)
S’il y a de nouvelles demandes, nous les examinerons, mais nous sommes prêts à donner suite aux demandes présentées par le Liban.

(Pourriez-vous entrer dans le détail de ces fournitures ?)
Je ne souhaite pas être trop spécifique. Je vous parle de munitions et d’équipements légers. Je ne préciserai pas leur calibre.

(Quelle est votre analyse de la situation à Nahr El-Bared ? Qui est derrière tout cela ?)
Je n’ai pas d’analyse particulière. Il y a manifestement un groupe qui s’appelle Fatah al-Islam et qui est un groupe de nature terroriste. Les autorités libanaises ont décidé de rétablir l’ordre, elles sont sur le territoire libanais et nous les soutenons dans leur action. Mais ne comptez pas sur moi pour vous dire d’où vient ce groupe et quels sont ses liens éventuels avec l’extérieur. Il existe un certain nombre de spéculations, mais ce n’est pas à moi de me prononcer à ce sujet.

(Et à propos de l’attentat d’hier ?)
S’agissant de l’attentat d’hier, nous condamnons bien évidemment avec la plus grande fermeté ce nouvel attentat aveugle qui a fait de nombreux blessés et qui a occasionné d’importants dégâts matériels. Nous exprimons une nouvelle fois notre solidarité avec les Libanais en les appelant à rester unis et à ne pas baisser les bras face aux tentatives de déstabilisation de leur pays, car c’est malheureusement un attentat qui s’ajoute à bien d’autres.

Dernière modification : 09/06/2007

Haut de page