Déclaration du porte-parole, point de presse du 4 juin 2007

(Le général Michel Aoun a été reçu plusieurs fois au ministère des Affaires étrangères pour des rencontres courtes. Pourriez-vous-nous éclairer sur le contenu de ces discussions, et notamment dans la dernière rencontre ?)
Le ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Bernard Kouchner, appelé par d’autres obligations, avait dû écourter son entretien avec le général Aoun lundi dernier, aussi a-t-il souhaité poursuivre cette rencontre le 1er juin.
Au cours de ces deux entretiens, le ministre et le général Aoun ont évoqué la situation dans les camps palestiniens, et, au lendemain de l’adoption de la résolution 1757, les conditions d’une reprise du dialogue inter-libanais.

(Après les violences au camp palestinien d’Ain El Heloué au sud Liban, est-ce que la France se propose de venir en aide à l’armée libanaise comme elle l’a fait à Nahr El-Bared dans le nord du pays ? Est-ce que les autorités françaises s’inquiètent d’une propagation des violences dans d’autres camps palestiniens ?)
Nous sommes préoccupés par la poursuite des affrontements dans le camp de Nahr Al Bared, ainsi que par les violences de ces deux derniers jours dans celui d’Ain El Heloué, qui ont provoqué la mort de deux soldats de l’armée libanaise. Nous soutenons les efforts de l’armée libanaise pour étendre son autorité sur l’ensemble du territoire national.
Nous avons exprimé à plusieurs reprises notre préoccupation concernant la situation humanitaire qui prévaut dans les camps et appelé les autorités libanaises à tout mettre en oeuvre pour que la population des camps soit épargnée d’un point de vue humanitaire.

Dernière modification : 04/06/2007

Haut de page