Declaration du porte-parole, point de presse du 9 mai 2007

(Quels sont vos commentaires sur le 5ème rapport du Secrétaire général des Nations unies concernant l’application de la résolution 1559 en général, en particulier sur le réarmement des milices et la perméabilité des frontières et son appel au Parlement pour l’élection libre d’un nouveau chef d’Etat ?)

Nous avons pris connaissance avec le plus grand intérêt du cinquième rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la mise en oeuvre de la résolution 1559. Comme lui, nous constatons que, si des progrès ont été accomplis dans la restauration de la souveraineté et de l’indépendance du Liban, beaucoup de chemin reste à parcourir, qu’il s’agisse de la tenue d’élections présidentielles libres et démocratiques, du désarmement des milices ou de l’arrêt complet des survols israéliens.
La question du strict respect de l’embargo sur les armes, comme celle de la délimitation et du contrôle des frontières, sont aussi d’une importance fondamentale. A cet égard, nous avons pris note des engagements souscrits par la Syrie auprès du Secrétaire général des Nations unies lors de sa visite à Damas, le 24 avril dernier, et nous espérons que ces engagements seront rapidement suivis d’effet.
Ce rapport confirme également la nécessité d’envoyer une mission d’évaluation indépendante à la frontière syro-libanaise. Nous soutenons pleinement le Secrétaire général des Nations unies qui confirme son intention de dépêcher sur place une telle mission à très court terme.
Enfin, nous appelons à nouveau toutes les parties concernées, au premier chef les pays de la région, au respect de toutes les résolutions du Conseil de sécurité, notamment les résolutions 1559, 1680 et 1701.

Dernière modification : 14/05/2007

Haut de page