Déclaration du porte-parole, point de presse du 27 avril 2007.

Nous condamnons avec la plus grande fermeté l’horrible assassinat de Ziad Kabalan, 24 ans, et de Ziad Ghandour, 12 ans. Nous présentons nos condoléances attristées à leurs familles auxquelles nous exprimons notre compassion.

Toute la lumière doit être faite sur cet assassinat. Ses auteurs doivent être identifiés et jugés.
Nous notons que toutes les forces politiques libanaises ont immédiatement condamné cet acte inqualifiable après avoir unanimement demandé dès lundi la libération de ces deux jeunes. Nous notons également les appels unanimes à l’apaisement.

Nous appelons tous les Libanais à faire preuve de responsabilité et à ne pas céder à la tentation de la vengeance pour éviter de nouveaux drames.
Nous réaffirmons notre attachement à la stabilité du Liban.

(Est-ce que ce crime peut relever de la compétence du nouveau tribunal ?)

Ce n’est pas quelque chose qui est envisagé. Ce que nous souhaitons, c’est que ses auteurs soient arrêtés par les autorités libanaises et jugés par la justice libanaise.

(Dans le cas où il y aurait une demande d’assistance de la part du gouvernement auprès de la commission d’enquête internationale ?)

Nous n’en sommes pas là. C’est un crime que tout le monde a dénoncé avec force et a condamné avec force, et qui a été commis dans des circonstances particulièrement atroces. Ce sont deux jeunes Libanais qui ont été assassinés et, à ce titre, nous considérons qu’il revient aux autorités libanaises de retrouver les responsables de cet acte barbare et de les juger.

(Si le porte-parole du ministère des Affaires étrangères français mentionne ce crime, cela veut dire que c’est un crime politique et que ce n’est pas un crime banal ?)

Notre inquiétude ne tient pas aux motivations de ce crime. Notre préoccupation tient plutôt aux conséquences que ce crime pourrait avoir. Notre préoccupation, partagée par les forces politiques libanaises est d’éviter que ne s’engage une spirale de violence.
C’est une mise en garde à l’égard des conséquences que ce crime pourrait avoir sur le climat au Liban et sur les relations à l’intérieur du Liban.

(Il y a chaque jour des crimes au Liban, pourquoi mentionner celui-ci ?)

Parce qu’il suscite une préoccupation particulière des forces politiques libanaises pour les raisons que j’ai évoquées. Je crois que la déclaration que j’ai faite est explicite.

Dernière modification : 28/04/2007

Haut de page