Déclaration du porte-parole, point de presse du 21 mai 2008

Je rappelle les termes de la déclaration du ministre diffusée ce matin :

- Début de citation - "Je salue l’annonce à Doha d’un accord global de sortie de crise au Liban. Ce succès revient d’abord aux Libanais qui ont su faire preuve de sens du dialogue et de la responsabilité en ces heures graves pour le pays du Cèdre.

Le rôle déterminant de l’Emir et du Premier ministre du Qatar, ainsi que du Secrétaire général de la Ligue arabe, et la mobilisation de nombreux ministres arabes des Affaires étrangères doivent être salués. Je suis personnellement très heureux de cette issue à laquelle je n’ai cessé d’œuvrer depuis mon entrée en fonctions. Cet accord s’inspire des efforts communs de la France, de l’Italie et de l’Espagne cet automne et des principes qu’avaient retenus les parties libanaises lors de mon dernier passage à Beyrouth en décembre 2007, sans pouvoir cependant conclure. De la rencontre que nous avions organisée en juillet 2007 à La Celle Saint Cloud avec les principaux acteurs politiques libanais jusqu’à Doha, un long chemin a été parcouru avec ses moments d’espoir et ses heures sombres. Je me félicite que le dialogue ait prévalu.

Il revient aujourd’hui à l’ensemble des Libanais de bâtir sur cet accord les bases d’une réconciliation nationale dans l’intérêt supérieur du pays.

Cet accord prévoit notamment l’élection sans délai et dans un esprit de consensus de M. Michel Sleimane à la tête de l’Etat libanais. Cette élection que la France et ses partenaires appellent de leurs vœux depuis novembre dernier doit donner le signal tant attendu du retour au fonctionnement normal des institutions du pays.

Il s’agit d’une étape essentielle dans la restauration complète de l’unité, de la stabilité et de l’indépendance du Liban. La France reste plus que jamais aux côtés de tous les Libanais au service de ces objectifs." - Fin de citation.

(Comment accueillez-vous le fait que l’opposition libanaise obtienne la minorité de blocage qu’elle demandait dans le gouvernement ? Redoutez-vous que cela ait des conséquences pour la mise en place du tribunal Hariri ? Le communiqué du ministre ce jour n’évoque pas ce point ?)

S’agissant de votre première question, je vous renvoie à la déclaration du ministre ce matin saluant l’accord global obtenu à Doha.
S’agissant de votre seconde question, le Secrétaire général des Nations unies a pris et continue à prendre les mesures nécessaires pour la mise en place du Tribunal spécial pour le Liban et nous soutenons son action.

(Le ministre se rendra t-il à Beyrouth à l’occasion de l’élection, dimanche prochain, du nouveau président libanais ?)

Je n’ai pas encore d’indication à ce sujet.

(Quelle appréciation portez-vous sur l’attitude des parties régionales notamment la Syrie et l’Iran dans la conclusion de l’accord inter-libanais ? Et quelles incidences aurait-elle (la conclusion) sur les relations franco-syriennes et franco-iraniennes ? Devrait-on s’attendre, par exemple, à une reprise du dialogue politique ou à une normalisation des relations entre Paris et Damas ?)

Il est encore trop tôt pour répondre à ces questions.

Dernière modification : 24/05/2008

Haut de page