Déclaration du porte-parole, point de presse du 10 avril 2008

(Quelle est votre réponse au frère du témoin à charge dans l’assassinat de M. Rafic Hariri qui a accusé les autorités françaises d’avoir facilité la disparition de M. Al-Siddiq ou de l’avoir "liquidé" ? Les autorités françaises ont-elles été saisies officiellement par les frères du témoin disparu ?)

Je démens formellement les accusations auxquelles vous vous référez dans votre première question. Je comprends d’ailleurs que M. Al-Siddiq a également démenti dans un journal koweïtien les rumeurs selon lesquelles il serait mort.

S’agissant de votre deuxième question, notre consul à Damas a reçu aujourd’hui les frères de M. Al-Siddiq qui lui ont remis une lettre demandant des éclaircissements sur le sort de leur frère.

(M. Al-Siddiq affirme dans un journal koweïtien "Asyassa" qu’il avait quitté le territoire français et qu’il a été la cible de trois tentatives d’assassinats en France. Confirmez-vous cela ?)

Je peux vous dire aujourd’hui que M. Al-Siddiq a effectivement quitté le territoire français le 13 mars. Il n’était pas soumis à contrôle judiciaire et était libre de ses mouvements. Nous avions signalé sa présence au commissariat de police de Chatou parce qu’il avait fait état de menaces le concernant.

(Est-ce que la France est toujours en contact avec toutes les parties libanaises, y compris le président du Parlement Nabih Berri ? Quelle est votre réaction à son appel pour renouer le dialogue inter-libanais ?)

La France est en contact avec l’ensemble des parties libanaises. Nous avons toujours dit que nous étions en faveur du dialogue inter-libanais, seul moyen de parvenir à une solution pacifique et négociée de la crise politique. Mais nous avons également toujours dit qu’il devait être mis fin au blocage des institutions libanaises, à commencer par le Parlement.

(Pouvez-vous nous préciser les propos du ministre à propos de Nabih Berri ?)

Le ministre a dit qu’il n’était pas informé d’un projet de visite en France de M. Nabih Berri. Celui-ci sera naturellement reçu s’il vient à Paris.

Dernière modification : 10/05/2008

Haut de page