Déclaration du porte-parole, point de presse du 18 mars 2008

(Aujourd’hui s’ouvre à Beyrouth la session ordinaire du Parlement libanais, après de longs mois de fermeture. Est-ce que cela pourrait représenter une ouverture, un déblocage et l’élection d’un président de la République avant le prochain sommet de Damas ? Vous avez encouragé directement et indirectement les organisations de la société civile à faire pression sur les politiques. Vous savez qu’à chaque fois qu’ils essaient, ils se retrouvent devant un mur. Quels conseils donneriez-vous à ces organisations pour que cette pression puisse s’exercer ?)

Merci pour eux de cette question ! Je suis toujours en contact avec la société civile libanaise, que j’aime, parce qu’elle est beaucoup moins sectaire que la société politique, parce qu’elle est ouverte, parce qu’il y a un travail intercommunautaire et c’était cela que je souhaitais qu’ils développent eux-mêmes. Hélas, il est très difficile pour la société civile, dans ce pays, de se faire un chemin. Il y a des déclarations, de belles déclarations, mais qui sont insuffisantes et la politique traditionnelle, c’est-à-dire, extrêmement communautariste, au mauvais sens du terme, divisée en clans, reprend le dessus. J’encourage la société civile libanaise à publier, à faire connaître l’avis de la population.

Maintenant, est-ce que je suis optimiste ou pas ? Sur le fait que le parlement puisse se mettre d’accord pour élire un candidat que la majorité a proposé alors que c’était le candidat de l’opposition, cela bloque évidemment, sinon cela aurait été trop beau. Est-ce qu’aujourd’hui sera le bon jour ? Qu’en pensez-vous ? Non. Est-ce que quelque chose se fera avant le sommet de Damas ?

Non, je ne le crois pas. J’espère me tromper complètement en disant cela. Je ne souhaite pas cela. Est-ce qu’il faudra prendre une initiative après ? Peut être. Encore une fois, notre position s’adressait à toutes les communautés libanaises. La position française, que l’on a appelé l’initiative française, n’a pas eu plus de succès que l’initiative de la Ligue arabe car c’était sur les mêmes trois points que nous étions arrivés à un accord entre la majorité et l’opposition. Est-ce qu’il faudra reprendre cette initiative ? Je ne sais pas, en tout cas j’y suis prêt.

Dernière modification : 01/04/2008

Haut de page