Déclaration du porte-parole du Quai d’Orsay à son point de presse hier, 6 mai 2014

Q – Pour l’élection présidentielle, un candidat de consensus est difficile à trouver. Qu’avez-vous à dire à ce sujet ?

R - La France n’a pas de candidat et ne s’ingère pas dans ce processus, qui relève de la seule souveraineté des Libanais. Un processus est lancé. Il importe qu’il se poursuive et que les délais constitutionnels soient respectés. Nous souhaitons que les députés s’engagent pleinement en participant aux scrutins et que la démocratie libanaise fonctionne, pour que soit élu un candidat capable de faire face aux défis auxquels est confronté le pays.

Dernière modification : 07/05/2014

Haut de page