Déclaration du porte-parole au point de presse du 9 février 2007

(Suite aux incidents qui ont eu lieu à la frontière israélo-libanaise cette semaine, il semblerait qu’il y ait un renforcement de la FINUL à la frontière même avec une prédominance des forces françaises. Croyez-vous que la FINUL est adaptée à cette mission et croyez-vous qu’il faut revoir les conditions dans lesquelles travaillent les forces israéliennes qui déblaient le terrain du côté israélien, mais qui semblent pénétrer sur le territoire libanais ?)

Il y a eu cet incident, qui s’est produit, qui est un incident grave comme l’a dit le porte-parole de la FINUL. Vous avez vu que le Conseil de sécurité a réagi et a adopté une déclaration à ce sujet demandant aux parties de faire en sorte que ce type d’incident ne se reproduise pas et leur demandant de faire preuve de retenue.
En même temps, il est intéressant de noter que c’est un incident qui se produit maintenant et qui est un incident plutôt isolé. La FINUL s’est déployée il y a un certain temps et c’est le premier incident grave de ce type.
Comme vous l’avez dit, la FINUL a immédiatement pris des dispositions en déployant un certain nombre de casques bleus dans cette zone. Et, pour répondre à votre question, rien ne laisse penser que la FINUL ne soit pas adaptée à sa mission. Il nous semble que, depuis qu’elle est déployée, elle remplit bien sa mission.

(Mais la FINUL n’est pas une force d’interposition.)
Cela relève quand même de son mandat d’éviter qu’il y ait des incidents, des échanges de tirs. Elle est tout à fait dans son rôle.

(Mais, dans ce cas, si vous vouliez jouer votre rôle, vous auriez dû appuyer les forces libanaises dans l’échange avec les forces israéliennes.)
Je n’en suis pas absolument sûr.

(D’après vous, les missions de la FINUL renforcée consistent-elles à empêcher que l’armée israélienne ne pénètre dans le territoire libanais ?)
Dans le mandat de la résolution 1701, il y a le respect de la Ligne bleue, qui était déjà une des missions de la FINUL, avant même la résolution 1701.

(Il y a eu changement du mandat.)
Sur certains aspects, il y a eu extension du mandat. Et, comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, il y a surtout le fait que la FINUL a des moyens plus robustes pour accomplir son mandat.
L’incident qui s’est produit est grave, mais il faut lui garder ses justes proportions.

(La FINUL est-elle chargée d’empêcher que les Israéliens n’entrent au Liban ?)
La FINUL est chargée de vérifier le respect de la cessation des hostilités et le respect de la Ligne bleue. Je vous renvoie au paragraphe 8 de la résolution 1701, qui fait référence au strict respect par les deux parties de la Ligne bleue.

(Mais il y a eu aussi les survols, il y a donc une succession d’incidents.)
Nous l’avons dit très clairement, nous ne souhaitons pas que cet incident conduise à une espèce de surenchère entre l’armée libanaise et l’armée israélienne. C’est pour cela que nous avons appelé les deux à faire preuve de retenue, notamment sur la question des survols. Sur la question des survols, notre position est bien connue. Vous avez vu que Mme Alliot-Marie a d’ailleurs rencontré, en marge de la réunion de l’OTAN à Séville, M. Peretz, le ministre israélien de la Défense. Je pense que c’est un point qu’elle a dû de nouveau évoquer avec lui.

(Quel est votre commentaire sur la saisie d’une cargaison d’armes appartenant au Hezbollah ?)
Je comprends que l’armée libanaise est intervenue dans cette affaire en application de la résolution 1701. J’ai vu ensuite un certain nombre d’échanges entre le Hezbollah et les autorités libanaises, mais je n’ai pas d’autre commentaire à ce sujet. Il nous semble que cela s’est fait dans le cadre de la mission qui est confiée à ces autorités et dans le cadre de la résolution 1701.

Dernière modification : 21/02/2007

Haut de page