Déclaration du porte-parole, Point de presse du 16 août 2007

(Quel bilan faites-vous un an après l’arrêt des hostilités entre le Liban et Israël ? Pensez-vous que le cessez-le-feu est encore très loin à atteindre ?)

Je ne suis pas certain que le mot bilan soit approprié. L’action diplomatique de la communauté internationale et de la France s’inscrit dans un processus continu.
L’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 1701 a permis, et c’est essentiel : la fin des hostilités et de créer les conditions d’un maintien du cessez-le-feu ; des progrès significatifs en matière de sécurité au Liban-sud avec le redéploiement de l’armée libanaise et le renforcement du mandat de la FINUL ; et enfin de tracer la voie vers une solution à long terme en identifiant les principaux éléments de cette solution.
Je vous renvoie sur tous ces points au rapport du Secrétaire général des Nations unies de juin dernier sur le suivi de la résolution 1701 et à la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité du 3 août.

Il reste naturellement beaucoup à faire pour mettre en oeuvre cette résolution dans son intégralité, notamment la libération des soldats israéliens et des prisonniers libanais, le respect strict de l’embargo sur les armes, l’arrêt des survols israéliens et le règlement de la question de Chebaâ.

Par ailleurs, s’agissant du Liban, vous savez nos efforts pour faciliter le dialogue entre l’ensemble des parties libanaises à la suite de l’initiative du ministre Bernard Kouchner et de la réunion de La Celle Saint-Cloud, que nous entendons poursuivre./.

Dernière modification : 31/08/2007

Haut de page