Déclaration du porte-parole, Point de presse du 13 février 2007

Je vous rappelle la déclaration faite ce matin par le ministère des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy.

Début de déclaration - "J’ai appris avec horreur le double attentat qui a visé deux bus de transports en commun ce matin au Nord de Beyrouth, près de la commune de Bikfaya, et qui a causé de nombreuses victimes.
Je veux d’abord dire aux familles des victimes toute la sympathie de la France dans cette terrible épreuve et leur présenter mes très sincères condoléances. Je veux aussi adresser aux blessés mes vœux de rétablissement rapide.
La France condamne dans les termes les plus fermes cet attentat odieux et lâche, qui intervient deux ans presque jour pour jour après l’assassinat de Rafic Hariri, à la veille de sa commémoration, et à proximité de la ville natale d’une autre victime du terrorisme, l’ancien ministre de l’industrie Pierre Gemayel. Les responsables de ce nouvel attentat, comme ceux des attentats qui l’ont précédé depuis plus de deux ans, devront répondre de leur crime.
Face à cette nouvelle tentative de déstabiliser le Liban, il est essentiel que les Libanais resserrent leurs rangs pour ne pas tomber dans le piège qui leur est tendu. Dans ce moment d’épreuve, les autorités françaises réaffirment leur solidarité aux côtés des dirigeants libanais dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes et pour la préservation de la stabilité, de l’unité et de la souveraineté du Liban." - Fin de citation.

Vous avez vu par ailleurs que le président de la République a envoyé un message au Premier ministre libanais, M. Siniora, dans lequel il exprime son horreur et sa consternation après ce nouvel attentat.

(Avez-vous des précisions sur le bilan ?)
Ce n’est pas à moi de les donner.

(Le ministre libanais de la Défense était à Paris hier pour discuter avec son homologue français de la formation par la France des cadres de l’armée libanaise. Je crois qu’ils ont également évoqué la question de l’équipement militaire que la France était prête à fournir au Liban. Est-ce que cela est toujours d’actualité ? Cette question devient-elle de plus en plus pressante au vu des attentats ? La France serait-elle prête à s’engager davantage pour améliorer la formation des personnels de sécurité au Liban ?)
J’ai vu en effet que le ministre libanais de la Défense était à Paris. Je n’ai pas eu le compte rendu de ses entretiens, donc je ne peux pas vous dire précisément ce qui s’est dit. De façon générale, nous sommes tout à fait favorables à des actions de coopération qui permettraient de renforcer l’armée libanaise, qu’il s’agisse de formation ou de fourniture d’équipement. Un officier général français a été désigné pour travailler plus spécifiquement cette question. Il s’est rendu dans différents pays de la région et dans plusieurs pays partenaires pour voir quelle coopération nous pourrions offrir à l’armée libanaise. Donc, nous y sommes tout à fait favorables.
Avec la résolution 1701, le déploiement de l’armée libanaise au sud, on voit bien qu’il y a une responsabilité de plus en plus importante qui pèse sur les épaules de l’armée libanaise. Du côté français, nous avons déjà une coopération bilatérale avec cette armée libanaise et je crois que nous sommes disposés à la renforcer.

(Et, au-delà de la résolution 1701, sur la sécurité interne du Liban ?)
Oui, bien sûr. Il y a une responsabilité importante de l’armée libanaise pour ce qui est de la défense et la sécurité du pays. C’est vrai que le déploiement au sud est une nouveauté, c’est pour cela que je le mentionnais. Mais il y a une responsabilité plus large, évidemment.

(M. Murr a-t-il fait part de ses craintes concernant sa sécurité ? L’explosion qui a eu lieu ce matin visait des bus qui partaient de son village, pas très loin du lieu où a eu lieu l’attentat qui l’avait visé il y a quelques mois.)
Encore une fois, je n’ai pas de compte rendu de ses entretiens, donc je ne sais pas si ce point a été mentionné ou non.

(Dans la déclaration, vous dites que les auteurs doivent répondre de leur crime, qu’entendez-vous par là ?)
Cela dépend d’abord de la justice libanaise. Une enquête va être conduite et nous espérons qu’elle permettra d’identifier les auteurs de cet attentat et de les traduire en justice. Pour ce qui est de l’action internationale, vous savez qu’il peut y avoir une demande des autorités libanaises, une demande d’assistance technique adressée à la commission dirigée par M. Brammertz. Ensuite, ce sera aux Nations unies de se prononcer pour voir si elles donnent suite ou non à cette demande d’assistance technique. Donc, nous allons voir si les autorités libanaises adressent dans les prochains jours une demande d’assistance technique à la commission, comme elles ont la possibilité de le faire.

(Vous encouragez cette demande ?)
C’est aux autorités libanaises de voir si elles estiment qu’elles ont besoin d’une assistance technique de la commission d’enquête internationale.

(Pouvez-vous être plus clair sur ce que vous voulez dire lorsque vous évoquez le "piège" dans lequel les Libanais ne doivent pas tomber ?)
On voit que cet attentat se produit à la veille du deuxième anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri. On voit que ceux qui perpètrent de tels attentats le font avec l’objectif de déstabiliser le Liban et peut-être aussi d’attiser les querelles internes au Liban. Ce que dit le ministre dans sa déclaration, c’est simplement que, face à ce type d’attentat, il faut un réflexe d’unité de la part des Libanais et il faut resserrer les rangs pour éviter de se prêter au jeu de ceux qui commettent de tels attentats.

(Estimez-vous qu’il faut une présence accrue des forces internationales au Liban à l’heure actuelle ?)
Cela relève de l’appréciation des Nations unies, de l’appréciation du département des opérations de maintien de la paix des Nations unies. Pour l’instant, rien ne va dans ce sens.
Comme vous le savez la FINUL est plutôt déployée au sud du pays et je ne suis pas sûr qu’un renforcement au sud permettrait de faire face à ce type de menace terroriste.

Dernière modification : 21/02/2007

Haut de page