Cycle des Rencontres de la Résidence des pins : Tahar Ben Jelloun

JPEG - 37.2 ko
© Houssam Mcheimech

En visite au Liban pour participer au festival « Le printemps de Beyrouth » en mémoire du journaliste assassiné Samir Kassir, l’essayiste et romancier franco-marocain Tahar Ben Jelloun a animé une nouvelle édition des Rencontres de la Résidence des pins le 3 juin 2011. Tahar Ben Jelloun est intervenu sur le thème « Comment écrire pendant le printemps arabe ? ».

M. Ben Jelloun, qui fait paraître à Paris deux ouvrages (un essai : « L’étincelle. Révolte dans les pays arabes », et un récit : « Par le feu ») sur les événements qui traversent le monde arabe depuis décembre 2010, a présenté une vision enthousiaste mais prudente sur les progrès des libertés civiles et politiques au sud de la Méditerranée. Selon l’auteur, deux enseignements peuvent être tirés des « printemps arabes » : d’une part, la reconnaissance de l’individu comme élément à part entière de la société arabe, et d’autre part, la réaction à contre-courant de certains islamistes, démontrant que « le logiciel islamiste est obsolète ».

M. Ben Jelloun a également insisté sur les difficultés et les lenteurs inhérentes à la transition démocratique, de même que sur l’influence des droits des femmes sur l’ouverture sociologique et politique dans les sociétés arabes.

Dernière modification : 07/06/2011

Haut de page