Communiqué de la Présidence de la République (25/01/2007)

Le président de la République française, M. Jacques Chirac, en plein accord avec les autorités gouvernementales libanaises, a réuni à Paris le 25 janvier 2007 la Conférence internationale sur le soutien au Liban.
Le Premier ministre libanais a présenté l’effort de réhabilitation et de reconstruction engagé par son pays à la suite du conflit de l’été dernier, avec l’aide d’urgence mobilisée notamment lors de la Conférence de Stockholm le 31 août 2006. Il a également présenté le programme de modernisation économique et sociale adopté par le gouvernement libanais le 4 janvier.

L’ensemble des participants a réaffirmé son soutien _ déterminé à un Liban uni, souverain, indépendant et démocratique, et son attachement à la pleine mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité, dans l’intérêt des Libanais et de la région tout entière.

Les Institutions financières internationales ont salué la solidité et l’ambition du programme de réformes, destiné à moderniser l’économie libanaise et à assainir sa situation financière à moyen terme. Sur la base de ce programme, le Fonds monétaire international s’est dit disposé, dans un premier temps, à conclure rapidement un programme d’urgence post-conflit, qui permettra de mobiliser des contributions additionnelles en faveur du Liban.

Au cours des débats, les délégations ont exprimé leur plein soutien au programme de réformes adopté par le gouvernement libanais, visant à renforcer la croissance, restaurer les grands équilibres financiers, tout en répondant aux besoins sociaux de l’ensemble des Libanais, dont elles ont salué la cohérence et l’ambition. Elles ont souligné l’importance des mesures d’équilibrage des recettes et des dépenses, d’amélioration de la gestion des finances publiques et du programme de privatisation. Elles ont noté que la réussite du programme supposait un appui financier sur les cinq années à venir, à commencer par une aide spécifique pour l’année 2007. Les financements des institutions financières ainsi que les contributions annoncées durant la Conférence s’élèvent au total à plus de 7,6 milliards de dollars, s’ajoutant aux fonds débloqués lors de la Conférence de Stockholm.

Cette aide importante sera fournie à la fois sous forme d’aide budgétaire et de financement de projets, dans le cadre des priorités retenues dans le programme de réformes et des mécanismes de coordination et de transparence mis en place par le gouvernement libanais. A cette fin, le gouvernement libanais travaillera en coordination avec les Institutions financières internationales. L’aide sera articulée dans le temps de manière à répondre aux besoins économiques et sociaux du Liban, préserver la dynamique des réformes et contribuer au mieux à l’effort de réduction de la charge de la dette.

Dernière modification : 01/02/2007

Haut de page