Cérémonie commémorative du 8 mai 1945 à la Résidence des Pins, le 8 mai 2007

Madame et Monsieur les conseillers de l’Assemblée des Français à l’Etranger,
Monsieur le Général, chef d’état-major de la Finul,
Messieurs les officiers généraux représentants les anciens combattants Libanais,
Chers Anciens Combattants,
Officiers, sous-officiers, gradés et soldats du contingent français de la Finul,
Mesdames, Messieurs,

Nous célébrons aujourd’hui le 62ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale sur le théâtre européen et je suis particulièrement heureux que cette commémoration réunisse nos anciens combattants et leurs jeunes frères d’armes du contingent français de la Finul.

Je vous souhaite à tous la bienvenue à la Résidence des Pins pour ce 62ème anniversaire. En France aujourd’hui, la cérémonie du 8 mai se déroule au lendemain de notre élection présidentielle, moment majeur de notre démocratie, de notre vie nationale qui a vu l’élection de M. Nicolas Sarkozy comme Chef de l’Etat. Et c’est bien tous ensemble que les Français vont célébrer aujourd’hui cet anniversaire qui nous rassemble.

Rappelons-nous. Il y a 66 ans, le front s’élargissait au Levant et à la Méditerranée. Plus de 5000 Libanais ont alors décidé de s’engager au sein des Forces Françaises Libres et de se battre à nos côtés et aux côtés des Alliés pour défendre les valeurs de liberté, de justice et de progrès.

Je suis fier et heureux, de nouveau, de rendre un hommage reconnaissant et respectueux, au nom de la France, à tous ceux qui ont fait alors ce choix.

Et j’associe naturellement à cet hommage les presque 15 000 hommes des Troupes Spéciales du Levant dont la constante fidélité au drapeau français doit être saluée.

J’ai eu le plaisir aujourd’hui de décorer deux de nos anciens, témoins de cette époque, et permettez-moi de féliciter une nouvelle fois :

- Monsieur Mohammed Ali Mourad, engagé à 22 ans dans les forces navales françaises libres, pour le titre de combattant volontaire de la résistance extramétropolitaine qui vient de lui être attribué ;

- Monsieur Hussein Fouaz, engagé à 20 ans dans le génie de la 2ème Division Blindée, pour la croix de combattant volontaire de la « Guerre 1939-1945 » qui vient de lui être décernée.

Sachez toute l’importance que la France attache à entretenir pour les jeunes générations le souvenir et à marquer son respect à ceux qui dans leur prime jeunesse, ont quitté leur famille et risqué leur vie pour être à ses côtés dans ces heures tragiques. La France n’oublie pas. La France est reconnaissante à tous ces soldats, pour leur sacrifice, leur courage, leur patriotisme, leur sens du devoir, leur dévouement, leur amour de la Nation française.

Cette Nation à laquelle nous sommes fiers d’appartenir. Cette vieille Nation, forte de ses épreuves, forte de sa démocratie, forte de son engagement dans le monde. Cette vieille Nation forte de son amitié et de sa solidarité avec le Liban aux côtés duquel elle souhaite être toujours davantage dans ses heures de gloire comme dans ses heures d’épreuve pour contribuer à son indépendance, sa souveraineté, sa liberté.

C’est la mission aujourd’hui de ces jeunes soldats, sous-officiers, officiers, membres du contingent français de la FINUL qui servent, à l’exemple de leurs aînés, au service de la paix au Liban. C’est le message de la France que d’être aux côtés de ce pays ami qu’est le Liban dans la durée, fidèle à sa vocation, fidèle à sa tradition, fidèle à son histoire.

Vive la fraternité d’armes entre la France et le Liban. Vive l’amitié franco-libanaise. Vive la France. Vive le Liban./.

Dernière modification : 08/05/2007

Haut de page